Institute for Justice and Democracy in Haiti

A LA VEILLE DES ELECTIONS EN HAITI, DES CITOYENS HAITIENS ET QUATRE GROUPES DE DROITS HUMAINS SAISISSENT UN RECOURS CONTRE LES ETATS-UNIS, HAITI ET LA REPUBLIQUE DOMINICAINE POUR AVOIR MIS FIN A LA DEMOCRATIE EN HAITI PAR LE COUP D’ETAT DU 29 FEVRIER 2004

POUR PUBLICATION IMMEDIATE                   
2 février 2006
Contact: Brian Concannon, Esq., (541) 432-0597, brian@ijdh.orgA LA VEILLE DES ELECTIONS EN HAITI, DES CITOYENS HAITIENS ET QUATRE GROUPES DE DROITS HUMAINS SAISISSENT UN RECOURS CONTRE LES ETATS-UNIS, HAITI ET LA REPUBLIQUE DOMINICAINE POUR AVOIR MIS FIN A LA DEMOCRATIE EN HAITI PAR LE COUP D’ETAT DU 29 FEVRIER 2004La plainte cite le soutien des Etats-Unis à la campagne systématique pour saper le gouvernement démocratique, le support financier et militaire aux groupes d’opposition et paramilitaires, et le kidnapping du Président Jean-Bertrand par les forces américaines.

Washington, D.C. – Des citoyens haïtiens et quatre organisations de droits humains — Allard K. Lowenstein International Human Rights Clinic de l’Ecole de Droit de Yale University, TransAfrica Forum, Institute for Justice and Democracy in Haïti, et le Bureau des Avocats Internationaux situé en Haïti—vont saisir la Commission Interaméricaine des Droits Humains (CIDH) d’un recours historique le 2 février 2006 à Washington, D.C.  Au nom de citoyens haïtiens dont les droits démocratiques ont été violés en février 2004 lors du renversement du gouvernement constitutionnel et l’installation d’un régime illégal et non élu, la plainte cite les gouvernements américain et dominicain, et le gouvernement intérimaire haïtien.
.
« Nous documentons l’attaque systématique menée par ces trois gouvernements contre la démocratie en Haïti, et qui consistait à saper le gouvernement d’Aristide en mettant des embargos illégaux sur l’aide au développement et sur les ravitaillements à la police, à supporter les groupes tant armés que non armés impliqués dans le renversement du gouvernement, et à kidnapper le Président constitutionnel le 29 février 2004 », affirme Brian Concannon, directeur de l’Institute for Justice and Democracy in Haiti.

De plus, explique James J. Silk, Directeur de Allard K. Lowenstein International Human Rights Clinic at Yale Law School, « La requête cherche à innover en établissant que la loi internationale protège les choix électoraux des citoyens, non seulement contre la violence de l’opposition locale, mais aussi contre l’intervention des états puissants.  Elle invoque nombre d’accords internationaux tel que la Charte Démocratique Interaméricaine et la Charte de l’OEA, qui établissent que les Haïtiens ont le droit de participer à leur gouvernement en votant, en se présentant aux élections ou en exerçant des fonctions, et en exprimant leurs opinions politiques ».

La requête établit que:

•           L’Administration Bush a déstabilisé le gouvernement haïtien démocratiquement élu en conspirant pour couper toute aide et empêcher à la police haïtienne de s’équiper tout an aidant les soi-disant rebelles à renverser le gouvernement;

•           La République Dominicaine a aidé au renversement du gouvernement démocratique en permettant aux soi-disant rebelles de s’entraîner dans ce pays et de lancer des attaques contre le gouvernement démocratiquement élu d’Haïti;

•           Le Gouvernement Intérimaire Haïtien, installé par les Marines américains et
l’administration Bush, est illégal et s’est livré à une répression massive contre le peuple haïtien.

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.