Institute for Justice and Democracy in Haiti

Demi-heure pour Haïti : Maintenez la pression pour sauver Yvon Neptune

Demi-heure pour Haïti : Maintenez la pression pour sauver Yvon Neptune

Merci à chacun qui a répondu à l’appel de soutien de la semaine dernière à l’avocat Ira Kurzban , qui a été exclu d’ Haïti quand il est arrivé à l’aéroport en tant que membre d’une délégation de droit de l’homme. Il y a urgence de signer cette pétition (http://www.ipetitions.com/campaigns/Kurzban).

Plusieurs alertes d’action ont été distribuées il y a quelques semaines au nom d’ Yvon Neptune, l’ancien premier ministre et le prisonnier politique courant, qui est à sa 45ème journée d’une grève de faim (commencée avril 17) pour protester contre son emprisonnement abusif. Ces alertes d’action, y compris la demi-heure du 3 mai pour Haïti, ont reçu une réponse énorme. Malheureusement, cette réponse n’était pas assez, étant donné que M. Neptune reste encore en prison.

M. Neptune a été ammené devant un juge mardi passé, sur une civière, pour une audition qui devrait avoir eu lieu il y a 11 mois. Selon plusieurs rapports, le juge n’a pas fait une détermination de savoir si M. Neptune devrait être libéré, quoique la constitution exige une telle détermination dans un délai de 48 heures de l’arrestation (de Neptune, qui avait lieu juin 29, 2004), ainsi la détention est encore illégale.

Une décision formelle approuvant l’arrestation de Neptune dans les circonstances actuelles ne suffira pas. D’abord, les juges en Haïti ne sont pas indépendants. Plus tôt cette année, le ministre de la justice a puni deux juges qui ont libéré les prisonniers politiques, en prenant illégalement leurs cas loin d’eux (voir la déclaration de Mario Joseph, Avocat dans le cas de Yvon Neptune devant la Commission Inter-Américaine sur des droits de l’homme, sur le site www.ijdh.org). Juillet passé l’Association National de la Magistrature Haitienne a protesté contre l’ingerance politisée du pouvoir executif . En second lieu, une audition courte simple ne change pas le fait que le gouvernement a tenu Neptune pendant presque une année sans présenter l’accusation contre lui ou poursuivre sérieusement son cas. Troisièmement, en vertu de la loi haïtienne, le proces d’instuction ne peuvent pas excéder trois mois sans autorisation spéciale. L’instruction dans ce cas-ci a duré presque quatre fois cette période, sans n’importe quelle autorisation spéciale.

Le gouvernement haïtien d’intérim espère que l’audition du mardi passé nous incitera à oublier Yvon Neptune. Ce gouvernement a essayé de balayer l’issue sous le lit en empêchant les journalistes haïtiens et internationaux de le voir en prison. Nous devons montrer à ce gouvernement, et à ses patrns internationaux, que nous n’oublierons pas Yvon Neptune et également les autres prisonniers politiques en Haïti. Svp email, appel telephonique aux ambassades des ETATS-UNIS, France et Canada, pour les faire savoir cela : 1) vous êtes encore préoccupé par la vie de Yvon Neptune, 2) la justice dans son cas exige de laisser tomber les accusations et le libérer, et 3) ces gouvernements ont la responsabilité morale de faire liberer Yvon Neptune.

Une exemplaire d’une lettre et les coordonees sont ci-dessous. Pour plus d’information sur Yvon Neptune et son statut juridique, comme les liens à d’autres campagnes soutenant son dégagement sont disponibles à www.ijdh.org.

Informations supplementaires: Yvon Neptune, le dernier premier ministre constitutionnel du Haïti, s’est rendu à la police le 27 juin, 2004, dès qu’il a entendu parler d’une garantie pour son arrestation. Depuis lors, Neptune est demeuré en prison, et jusqu’au mardi passé, il n’avait pas été ammener devant un juge. Neptune a commencé sa grève de la faim totale, sans meme boire de l’eau, depuis le 17 avril.

Peu avant notre action du 3 mai , une équipe médicale internationale a annoncé que Neptune n’a pas eu longtemps à vivre. Au temps à peu près identique, Neptune a commencé l’eau potable et prendre quelques vitamines, qui a prolongé sa vie un peu mieux jusqu’ici. Il est très faible, et cela va en s’ accroissant , bien qu’il soit encore lucide.

Pendant plusieurs mois, une foule de voix, de sécrétaire général de l’ONU Kofi Annan, du Conseil de sécurité de l’ONU, des pays de CARICOM, des groupes de droits de l’homme, des chefs religieux et des citoyens ordinaires dans le monde entier, ont invité le gouvernement haitien d’intérim de laisser Neptune mettre frein à cet épreuve en le laissant partir librement.

L’GHI ne permet pas à des journalistes de parler à M. Neptune. LeWashington Times rapporte la semaine dernière que les autorités de prison ont donné la permission à sa correspondante d’interviewer Neptune, mais un haut-gradé a révoquer cette permission. D’autres journalistes ont vu leurs demandes méprisées et ignorées.

Le GHI a le pouvoir de persécuter Neptune parce que les gouvernements riches, particulièrement ETATS-UNIS, la France et le Canada, l’ont installé et ont continué à le consolider. Ces gouvernements auraient pu assurer la liberté immédiate de Neptune en conditionnant le futur appui là-dessus.

________________________________

Lettre Témoin De ______________________

Cher M. L’Ambassadeur :

J’écris pour vous inviter à agir immédiatement afin d’effectuer la libération du prisonnier politique Yvon Neptune. Comme vous le savez, M. Neptune a été tenu illégalement pendant plus de 11 mois.

L’audition du mardi passé ne justifie pas la détention parce que le juge n’a pas emi l’ordre requis, parce que la période de temps pour l’instruction s’est écoulée, et parce qu’une audition simple ne change pas le fait que le gouvernement haïtien a tenu M. Neptune pendant presque une année sans présenter l’accusation contre lui ou poursuivre sérieusement son cas.

Le gouvernement d’intérim clame toujours qu’il laisse le cas au soin de la justice alors que le système qui n’a rien fait jusqu’ à aujourd’hui. Mais ce gouvernement continue à le persécuter sans raison, particulièrement à la lumière de la rancoeur revancharde du GHI contre les juges qui libèrent les prisonniers politiques.

Le GHI doit s’assurer que M. Neptune soit libéré en informant publiquement le juge qu’il ne désire plus poursuivre contre lui ce dont il est accusé. Votre gouvernement peut s’assurer que ceci se produit en informant le gouvernement haïtien qu’il retiendra tout appui à son gouvernement à moins qu’il soit conformé à la constitution haïtienne et aux normes internationales de droits de l’homme en libérant immédiatement Yvon Neptune. Svp agissez maintenant. Sincèrement,

___________________

Contactez :

Ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, James B. Foley

Ambassade des Etats-Unis

Port-au-Prince,Haiti

Téléphones en haiti : 011-509-223-4711 ou 222-0200 ou 0354

Fax 011-509-223-1641 ou 9038

email à Dana Banks, officier de droits de l’homme : BanksD@state.gov

Ambassadeur Canadien en Haiti , Claude Boucher

Ambassade du canada de Port-Au-Prince

Téléphone en Haiti : 011-509- fax 249-9000

Fax : 011-509-249-9920 email : prnce@international.gc.ca

Ambassadeur de la France en Haïti, M. Yves GAUDEUL

Ambassade de France

51 place des Héros de l’Indépendance – BP 312

Port-au-Prince,Haiti

Telephones en Haiti : 011-509-222-0952

Fax : 011-509-223 5675

Brian Concannon Jr.

Institute for Justice & Democracy in Haiti

www.ijdh.org

 

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury St
Boston, MA

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org