Institute for Justice and Democracy in Haiti

Lettre ouverte aux autorit�s ha�tiennes

Depuis plus de 2 ans, de nombreux concitoyens sont gard�s en prison sans jugement, en violation flagrante de notre Constitution et de la plus �l�mentaire morale. Il est plus que temps que soit mis fin � cette injustice qui d�shonore le syst�me judiciaire ha�tien et est incompatible avec la r�conciliation que toute la nation appelle de ses v�ux.

Les soussign�s expriment leur solidarit� � ces centaines de victimes de l�arbitraire, riches ou pauvres, notables ou anonymes. Cependant, le sort de monsieur Yvon Neptune les interpelle et les pr�occupe particuli�rement, vu les lourdes responsabilit�s qu�il a accept�es pour servir son pays, mais plus encore parce que sa sant� est compromise et sa vie en grave danger. La nation et le monde entier sont en effet t�moins, que confront� � la vindicte des uns et au manque de courage des autres, Monsieur Neptune a �t� forc� � la gr�ve de la faim, ultime recours d�un citoyen arbitrairement priv� de ses droits les plus �l�mentaires.

Nous ne saurions assister dans le silence et l�indiff�rence � la mort lente d�un homme dont m�me les adversaires politiques s�accordent � reconna�tre le s�rieux, l�honn�tet� et le sens du devoir. Si la sant� d�Yvon Neptune �tait irr�versiblement compromise ou s�il devait succomber en prison, nous en porterions tous une part de responsabilit�. Cependant, plus que tous, les d�tenteurs de l�autorit� se rendraient coupables d�une telle trag�die et� des cons�quences d�sastreuses qu�elle entrainerait pour notre pays.

Nous en appelons donc au pouvoir judiciaire, en particulier aux juges de la Cour d�Appel des Gona�ves pour qu�ils mettent fin au lynchage de monsieur Neptune. Ce sont des membres de ce pouvoir qui ont condamn� de fait, Yvon Neptune � plus de 2 ans de prison, sans l�avoir entendu et encore moins jug�. Les artisans de cette situation inique, ont foul� aux pieds le principe sacr� de la pr�somption d�innocence, priv� un citoyen de sa libert�, de ses droits civiques et mis en danger sa sant� et sa vie m�me.

Quoiqu�on puisse penser de la v�racit� des accusations port�es contre monsieur Neptune, rien ne saurait justifier la d�tention pr�ventive d�un citoyen qui n�a cess� de clamer et de prouver sa volont� de se tenir � la disposition de la justice, ce au m�pris m�me de sa s�curit� physique. De m�me, l�acharnement inqualifiable � maintenir Yvon Neptune en prison est une insulte � la justice et au sens commun. Par ailleurs, on ne compte plus les cas o� le syst�me judiciaire a lib�r� provisoirement ou d�finitivement, des citoyens contre lesquels les charges �taient plus probantes que celles reproch�es � Yvon Neptune. Celui-ci est donc victime d�un traitement discriminatoire qui confine � l�infamie. Le premier responsable du calvaire de l�ex-Premier Ministre est �videmment le pouvoir judiciaire et il lui revient de corriger ce grave d�ni de justice.

Il convient cependant de souligner que� la Constitution enjoint le Pr�sident de la R�publique de veiller au bon fonctionnement des institutions et il cr�ve les yeux que dans le cas de Neptune l�institution judiciaire a fonctionn� de mani�re ex�crable. Quant au Premier Ministre r�cemment confirm� par le Parlement ha�tien, il sait pour avoir d�j� occup� ce poste, tout le poids de la charge assum�e par Yvon Neptune, dans les conditions difficiles que l�on sait. Le pouvoir ex�cutif, et en premier lieu le Chef de l��tat et le Chef du Gouvernement doivent indiquer clairement leur int�r�t et leur pr�occupation face � une affaire aussi grave, qui empoisonne� le climat socio-politique.

Les membres du pouvoir l�gislatif devraient pour leur part, manifester leur solidarit� � Yvon Neptune, qui il n�y a pas si longtemps �tait S�nateur de la R�publique et Pr�sident de l�Assembl�e Nationale.

Finalement, nous exhortons tous les Ha�tiens et amis d�Ha�ti que r�volte le sort inflig� � Yvon Neptune, � joindre leurs signatures � cette lettre ouverte ou � manifester haut et fort leur indignation devant tant d�injustice, de la fa�on qui leur semblera la plus appropri�e. Nous adressons cette demande de mani�re sp�ciale � ceux qui ont occup� la fonction de Premier Ministre, depuis la cr�ation de ce poste par la Constitution ha�tienne.

Non � l�esprit de vengeance et au lynchage judiciaire !
Qu� Yvon Neptune recouvre la libert� et soit rendu � l�affection de sa famille et de ses amis !

Marie-C�lie Agnant����������� Marie Carmel Paul Austin�� Antoine Augustin������ Gilbert Bazabas�� ��������� Ronald Blain� ������������������ Serge Calvin���������� �� Etzer Charles���������������� �������� Gilbert Coicou�������� ������������������ Hervey Day�������� Jacqueline Delorme������������� Jacques Dorc�ans��� �������� Patrick Elie��������������� �Jean Fleurant������������������� Job Glorius��������������������� Frantz Grandoit���� Fequi�re Guerrier����� ��������� Edwin Innocent��������� ������Emile Jean-Baptiste���������� Yves Joseph�������������������� Gary Klang��� ��������� ��������� Josaphat Robert Large Jean Frantz Lasserre�� �������Roger Lef�vre���� �������� Jean L�on Legros������� �����Mozart Longuefosse���������� Richard Montas������ �������� Jean-Claude Neptune� Jean-Yves No�l����������������� Roland Paret���������� �������� Raoul Pierre-Louis������������� Annie Pierre-No�l������������ �Guy Serge Pompilus ���������Raymonde Pr�val��� ��������� Wisler Proph�te ����������������Dukens Rapha�l�������������� Andr� Regis����������� ��������� Jean-Claude Roche����������� Carole Roy��������������������� Ronald Saint-Jean������������� Anthony Virginie Saint Pierre� Yva Samedi�������������������� Lenous Surpris������� ���������James Thomas Stecher� ����Patrick Vieux ��������� ��������� Marie-Claude Vieux� � Leslie Voltaire���������������� Georges Werleigh������������ Maxime Zo�ma

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.