Institute for Justice and Democracy in Haiti

Une Activiste des droits de la femme Haïtienne quitte le camp de déplacement pour donner un testament devant le Conseil des droits Humains des Nations Unis. (French)

Click here to iew the original: http://ijdh.org/wordpress/wp-content/uploads/2010/06/GENEVA-PRESS-RELEASE-French.pdf”]

Pour Publication Immediate:

Contactes:

New York: Yifat Susskind, Policy and Communications Director, MADRE (available through Diana Duarte, Media Coordinator, MADRE)
(212) 627-0444; email: media@madre.org

Geneva: Malya Villard-Appolon (available through Lisa Davis, Human Rights Attorney, MADRE)
email: ldavis@madre.org

Geneva: Blaine Bookey, Attorney, Institute for Justice & Democracy in Haiti
(415) 515-8956 (US number in Geneva); email: blaine@ijdh.org

 

Une Activiste des droits de la femme Haïtienne quitte le camp de déplacement pour donner un testament devant le Conseil des droits Humains des Nations Unis.

 

Juin 7th, 2010- Genève, Suisse- Aujourd’hui, Pendant que le conseil des droits de l’homme des Nations Unis se rassemble à Genève, ses représentants vont entendre le testament de Malya Villard-Appolon, Une Haïtienne activiste pour les droits de la femme et partenaire de MADRE qui a vécue dans les camps de déplacement depuis le tremblement de terre qui a détruit sa maison en Janvier. Appolon une des dirigeante de KOFAVIV, une organisation féministe locale, a été témoin d’incidents grimpent de violes dans les camps et du manque de coordination et d’actions efficace contre ces menaces persistantes.

Aussi, donnant leurs testaments, seront les avocats de MADRE, L’institue de la Justice et de la démocratie a Haïti (IJDH), et le cabinet d’avocats Morrison & Foerster LLP, qui sont récemment retournés d’une délégation à Haïti et qui accompagneront Melle. Appolon à Genève.

Aujourd’hui, Malya Villard-Appolon de KOFAVIV a dis, « nous voulons dire au conseil des droits de l’homme que le système de protection des femmes dans les camps ne marchent pas. Nous n’avons auqu’une protection de la police ou des soldats de paix. Nous ressentons que nous n’avons pas accès aux salles ou les décisions sur notre sécurité sont prisent. Nous avons besoin du support et de l’engagement de la communauté internationale. »

Dans son testament, Melle. Appolon demandera une augmentation des mesures de sécurités pour empêcher le viole   dans les camps et pour arrêter les attaques répétitives des femmes pendant qu’elles dorment dans leurs tentes, pendant qu’elles marchent vers les toilettes ou durant d’autres situations vulnérables. Elle demandera aussi que les organisations féministes locales- souvent la seule source de soutient que les femmes victimes de viole et autres femmes vivant aux camps ont- aient leurs mots à dire dans les décisions concernant le travaille des Nations Unis à Haïti. De plus, Elle insistera pour que les fonds venant des états membres de l’ONU, adressant les efforts d’interventions, sois remisent sous la condition qu’ils subviennent aux besoins de base supportant les droits de la femme.

###

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.