Institute for Justice and Democracy in Haiti

The Return of Dictator Jean Claude Duvalier & the Tragic Comedy of November 28, 2010 (IJDH-BAI: English, French)

Patrice Florvilus, IJDH-BAI
January 25, 2011

English
French

English

The Return of Dictator Jean Claude Duvalier & the Tragic Comedy of November 28, 2010

The return of dictator Jean-Claude Duvalier less than a week of the anniversary of the fateful January 12, 2010 earthquake and two months after the tragic comedy of the “elections” held on November 28, 2010 is like a huge “April Fools” joke played on Haiti. Those who lived through the bloody reign of Duvalier believed they were in a nightmare when suddenly the news reverberated throughout the country of his return. Incredible, but true, the dictator Jean Claude Duvalier may be left to travel into the savannah of impunity after spending 25 years enjoying the millions of dollars he stole from Haiti’s public treasury in the land of Haiti’s former colonizer – France – which to date refuses to honor its debt to Haiti.

Duvalier’s dramatic comeback has occurred in a context marked by exceptional circumstances: following shame elections orchestrated by the Haitian government in concert with the OAS, CARICOM, the great powers in North America and Europe, and traditionally reactionary and shameless political parties; following a submission of a preliminary report by the OAS, as a judge and jury in its own cause, recommending the reformulation of the election results; following candid revelations of the OAS diplomat Ricardo Seitenfus about the role of the international community in Haiti; following calls for President Rene Préval to respect the constitutionally mandated end of his presidency on February 7, 2010; following calls by different political actors to form a unifying national government in the aftermath of the earthquake and sham elections; following the failure of NGOs and the State of Haiti in the management of the so-called humanitarian aid that flowed into Haiti after the earthquake; following growing protests against the presence of the UN occupying forces in Haiti after the spread of cholera from the UN’s contamination of the Artibonite River, which has resulted in the deaths of 3,889 of my fellow Haitians and infections of 194,000 more; and following recommendations for a Senate committee composed of the old cronies Youri Latortue, Rudy Herivaux, Evaliere Beauplan and others for the return of political exiles following the arrest of the First Minister Michele P. LOUIS.

Certainly, the youth of my generation, in large part, have little information about the criminal acts of Jean Claude Duvalier and his henchmen as a result of the alteration of Haitian history by politicians and major players in the international community; Haiti’s inadequate, exclusive and weak educational system; the virtual absence of organizational structures for public education; and the cynical manipulation of the social movement that had led to the end of the Duvalierist dictatorship and fostered the Lavalas movement.

“The return of the tiger’s son!” they exclaimed, as those who have always defended the criminal acts of their old buddy – the former bloody dictator. The systematic and deliberate amnesia for many members of the Haitian justice system should not vitiate the memory of and continuing popular resistance to the “kadejakè” (rape) of this country by domestic and international forces.

The Duvaliers – father and son, together – murdered, according to some statistics, about thirty thousand (30,000) of my compatriots and diverted U.S. $ 600 million of public funds for their own personal use. Those who attempted to oppose the bloody reign of the Duvaliers were all labeled “Kamoken” (communists). Unfortunately, many of those victims chose to go on to vilely serve the traditional political class always at the service of Haiti’s aristocracy. Worse, many among the former victims of the Duvalier regime are now the puppets in this play directed Rene Préval and his friends at home and abroad.

Opinions are divided on the exact amount of funds embezzled by the Duvalier regime. But a federal court ruling in the Southern District of Florida in the civil case of Jean-Juste v. Duvalier, No. 86-0459, dated January 8, 1988, found Mr. Duvalier liable for his misuse of US $500 million of public funds for personal purposes. Whatever the amount, corruption must be prosecuted and tried by a court. Misuse of funds in the hundreds of millions of dollars can in no case go unpunished. The state of Haiti and individual victims must be compensated. And while jurists, lawyers, and politicians can continue to analyze the amount Duvalier embezzled, they cannot deny the heinous crimes committed by his bloody regime.

According to the Institute for Justice and Democracy in Haiti (IJDH) and Bureau des Avocats Internatianaux (BAI), which have documented Jean Claude Duvalier’s crimes, the crimes of Duvalier are not prescribed. According to section 466 of the Code of Criminal Procedure of the Republic of Haiti, the crime of embezzlement is not prescribed because of the ongoing investigation and prosecution between 1986 and 2008 of Mr. Duvalier’s misappropriation of funds. Neither can the killings and torture committed under Mr. Duvalier’s control be prescribed, as they constitute crimes against humanity , which are imprescriptible under international law. The Inter-American Court of Human Rights, interpreting the obligations of States party to the American Convention on Human Rights, which includes Haiti, held in the Case of Almonacid-Arellano et al v. Chile (2006) that crimes against humanity are not extinguishable and non-applicability of statutes of limitations to crimes against humanity is a norm under General International Law (ius cogens).

It is clear that under section 466 of the Code of Criminal Procedure and Haiti’s obligations under the American Convention on Human Rights and customary international law, the prosecution of Jean Claude Duvalier remains possible and is dictated by law. As such, the fact that the Haitian state has not ratified the Rome Statute of the International Criminal Court cannot prevent victims and/or relatives of victims to appeal directly to the Cabinet d’Instruction to bring charges against the dictator Jean Claude Duvalier and all of the perpetrators and accomplices of the crimes committed under his control.

How could we forget the martyrs of Fort Dimanche? How could we dare throw into the dustbin of history the murder of the three Gonaïve students – Jean Robert Cius, Makenson Michel, and Daniel Israël? What demon, if any, could poison our memories to make us forget the inhumane treatment meted out to journalists Jean Léopold Dominique, Liliane Pierre Paul and others? If killing thousands of our countrymen can go so easily unpunished, how can we obtain justice for Anil Louis Juste shot a few hours before the earthquake of January 12, 2010 on Capois Street; Jean L. Dominique, Jean Mari Vincent, Petit Jean Pierre Louis, Antoine Isemery, and Filbert Jean Louis killed by police officer Francine Desruisseau; Jeff Saint Vilus killed by police officer Cazeau Barthélemy; Ramong Robert killed by police officer Réginald Larosiliere; Beatrice Jean and his baby killed by a MTPTC (Minister of Public Works, Transportation, and Communication) truck during police fire in Duvivier on December 18, 2010, among many, many others.

The result of impunity today is simple: If it is so easy to accept the failure to prosecute Duvalier under the guise of prescription, there will be no need to consider any prosecution of the UN occupation force, MINUSTAH, which massacred hundreds of people in Cite Soleil; on whose base in Cap Haitian the dead body of a 16 year old boy was found hanging; and whose actions have lead to the tragic deaths of thousands of Haitians by the contamination of cholera in the Artibonite River.

On Tuesday, January 18, 2011, the prosecutor of Port-au-Prince decided to bring charges against “the son of the tiger” and a government commissioner accompanied by Justice of the Peace Emmanuel Amboise went to the Caribe Convention Center to order proceedings against Duvalier, suggesting that the arrest of the dictator was evident. However, this theatrical choreography served only to legalize the return of Jean Claude Duvalier in the country and to silence Duvalier’s critics.

Who could imagine that the Haitian justice system would be able in only a few hours to indict someone, inform him of the indictment, send the case to the Cabinet d’Instruction, and have a judge hear the case? In the tragic comedy Prévalian, unity of place, time and action of classical literature is without any form of reservation.

The appeal is therefore being made to all progressive sectors to unite to demand justice and redress for the country in general and the individual victims of the dictatorship of Jean Claude Duvalier in particular.

DOWN WITH IMPUNITY! DOWN WITH IMPUNITY! DOWN WITH IMPUNITY!

http://ijdh.org/wordpress/wp-content/uploads/2011/01/Duvalier-Article-Patrice-ENG.pdf

French

RETOUR DU DICTATEUR JEAN CLAUDE DUVALIER & TRAGI-COMÉDIE DU 28 NOVEMBRE 2010

Comme l’éclair partant de l’horizon vers les quatre points cardinaux, le retour en Haïti du dictateur Jean-Claude Duvalier a fait penser au « Poisson d’Avril » moins d’une semaine après la date commémorative de ce terrible jour du 12 janvier 2010 et deux mois après la tenue de la tragi-comédie du 28 novembre 2010. Ceux qui ont vécu le règne sanguinaire des Duvalier ont cru avoir été rêvés dans un rêve quand soudain les nouvelles retentissaient dans les coins et recoins du Pays. Incroyable, mais vrai, le Dictateur Jean Claude Duvalier rentre dans la savane de l’impunité après avoir séjourné 25 ans dorés dégustant les fonds détournés du trésor public haïtien dans l’ancienne métropole de Saint Domingue (la France) qui, jusqu’à date, refuse d’honorer sa dette envers Haïti.

Ce retour spectaculaire et de mauvais alois survient dans un contexte exceptionnel marqué par les faits saillants que voici :

1- Demande d’annulation des soi-disant élections du 28 novembre 2010 réalisées par le gouvernement haïtien en complicité avec l’OEA, la CARICOM, les grands ténors de l’Amérique du Nord et de l’Europe et des partis politiques traditionnellement réactionnaires et sans vergogne ;

2- La communication du rapport préliminaire de la commission de l’OEA, juge et partie dans sa propre cause, recommandant la reformulation des résultats de ce jeu brutal du 28 novembre 2010 ;

3- Des révélations du diplomate de l’OEA Ricardo Seitenfus suivis des aveux du président René Préval ;

4- Des voix s’élèvent pour demander au président René G. Préval de respecter le mandat constitutionnel de sa présidence arrivant à terme le 7 février 2010 ;

5- Le constat de l’échec des ONG et de l’Etat haïtien, un an après le séisme dévastateur du 12 janvier 2010, dans la gestion de l’aide soi-disant humanitaire;

6- Les vives et grandissantes mobilisations contre la présence des forces onusiennes de l’occupation en Haïti suite à la contamination du fleuve artibonitien par les militaires onusiens ayant la causé la mort de 3889 compatriotes haïtiens/ haïtiennes et infecté 194,000 personnes. Acte criminel classé au rang des crimes contre l’humanité ;

7- Les demandes de différents acteurs politiques favorables à la formation d’un gouvernement d’union nationale peu de temps après le séisme du 12 janvier et suite aux échecs orchestrés lors de la tragi-comédie du 28 novembre 2010;

8- Les recommandations d’une commission sénatoriale composée par les vieux compères Youri Latortue , Rudy Herivaux, Evaliere Beauplan et consorts en faveur du retour des exilés politiques suite à l’interpellation de la première Ministre Michèle P. LOUIS ;

Certainement, les jeunes de ma génération, en grande partie, ont peu d’informations sur les actes criminels de Jean Claude Duvalier et de ses sbires en raison de quatre(4) considérations majeures, telles que :

• La mémoire historique vilipendée par la classe politique traditionnelle haïtienne en complicité avec les grands acteurs de la « communauté internationale »

• la faiblesse de notre système éducatif exclusif et inadéquat ;

• la quasi –inexistence des structures organisationnelles d’éducation populaire ;

• Les récupération et désorientation cyniques des mouvements populaires et sociaux qui ont conduit à la chute de la dictature duvalierienne et favorisé l’émergence du mouvement Lavalas.

Le retour du fieu tigre, fils du tigre, s’exclamai –t-il, a fait sortir de leur gong ceux qui lui ont toujours défendu et lui défendent encore brandissant l’arme de la prescription pénale aux fins de pouvoir légalement contribuer au blanchiment de leur vieux copain dictateur sanguinaire. La perte systématique et voulue de mémoire de nombreux membres de l’appareil judiciaire haïtien anti-peuple ne doit en aucun sens violer la virginité de la mémoire populaire résistant toujours aux « kadejakè » nationaux et au gangstérisme international.

Les Duvalier ont assassiné, selon certaines statistiques, une trentaine de milliers (30,000) de compatriotes et détournés $ 600 000 000 U.S . Certains de ces derniers ont été lâchement abattus pour avoir été surpris entrain d’écouter Radio Moscou et/ou lire un ouvrage de Karl Max . Ceux qui ont tenté d’avoir des dents contre le règne sanguinaire des Duvalier étaient tous étiquetés de communistes ou de « Kamoken ». Malheureusement nombreuses de ces victimes en raison de besognes répugnantes et nauséabondes ont choisi de servir vilement la classe politique traditionnelle toujours au service de l’aristocratie bourgeoise .Qui pis est, nombreuses parmi les anciennes victimes du régime des Duvalier sont de marionnettes acteurs dans ce jeu de mauvais goûts que nous offre le metteur en scène René Préval et ses copains nationaux et internationaux.

Toutefois, un article de l’Institut Justice et Démocratie pour Haïti (IJDH) et du Bureau des Avocats Internationaux (BAI), mentionne clairement : « Les crimes de M. Duvalier ne sont pas prescrits. D’après l’article 466, du Code d’Instruction Criminelle de la République d’Haïti, les poursuites pour détournement de fonds ne sont pas prescrites à cause des actes d’instruction et de poursuite qui ont été enclenchés de 1986 à 2008. Les assassinats et tortures politiques ne sont pas prescrits, car ils sont des crimes contre l’humanité, qui sont imprescriptibles selon le droit international… Un arrêt du tribunal fédéral du district sud de Floride dans le dossier de Jean-Juste c. Duvalier, n ° 86-0459, en date du 8 Janvier 1988, a prononcé une condamnation civile de l’ordre de 500,000,000 $US contre M. Duvalier pour son détournement de fonds publics à des fins personnelles ».

Les avis sont partagés concernant le montant exact des fonds détournés par le régime des Duvalier. Cependant, peu importe le montant, ces corrompus doivent être poursuivis et jugés par la justice. L’état haïtien ainsi que les victimes doivent être réparés.

Les juristes, avocats et hommes politiques peuvent analyser la situation de Jean Claude Duvalier. Cependant, ils ne peuvent, même dans leur plus grande aliénation duvalierienne, nier les crimes odieux de ce sanguinaire régime.

Imaginons qu’il s’agirait de crimes de droit commun, l’article 466 du CIC ne permettrait pas la prescription pure et simple. Cet article stipule : « L’action publique et l’action civile résultant d’un crime de nature à emporter la peine de mort ou des peines afflictives ou infamantes , se prescriront après dix années révolues , à compter du jour ou le crime aura été commis, si, dans cet intervalle, il n’a été fait aucun acte d’instruction ni de poursuite ….s’il a été fait, dans cet intervalle, des actes d’instruction ou de poursuite non suivis de jugement, l’action publique et l’action civile ne se prescriront qu’après dix années révolues , à compter du dernier acte, à l’égard même des personnes qui ne seraient pas impliquées dans cet acte d’instruction ou de poursuite » .

Un arrêt servant de la Cour Interaméricaine des droits de l’homme servant de jurisprudence internationale précise:

« En effet, en tant que crime contre l’humanité, l’infraction commise contre M.

Almonacid Arellano- n’est ni sensible, ni d’amnistie extinguible. Comme

il est expliqué aux paragraphes 105 et 106 du présent arrêt, crimes contre l’humanité

sont intolérables aux yeux de la communauté internationale et sont considérées comme une atteinte dans leur ensemble. ..

…Les dommages causés par ces crimes prévalent encore dans la société nationale et

la communauté internationale, qui tous deux demande que les responsables soient

jugés/jugées et sanctionnés/sanctionnées. En ce sens, la Convention sur la non-applicabilité de l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre Humanité est claire : aucune prescription ne s’applique à des faits internationalement illicites,

indépendamment de la date de leur commission…

…Même si l’État chilien n’a pas ratifié ladite Convention, la Cour

estime que la non-applicabilité de la prescription des crimes contre l’humanité est une norme du droit international général (jus cogens), qui n’est pas créé

par ladite Convention, mais qui est reconnu par lui. Par conséquent, l’État chilien doit

se conformer à cette règle impérative ».

Fort des prescrits légaux de l’article 466 du CIC, à la lumière de la jurisprudence internationale et relativement aux prescrits du droit international, la poursuite de Jean Claude Duvalier reste et demeure possible. A ce titre, l’hypothèse que l’état haïtien n’aurait pas ratifié « la Convention des Nations sur les crimes de guerre et crime contre l’humanité » ne peut empêcher les victimes et/ou parents des victimes de saisir directement le Cabinet d’Instruction ou de porter plaintes contre le Dictateur Jean Claude Duvalier ensemble les auteurs et complices des actes criminels perpétrés durant tout le règne de la dictature du FILS DU TIGRE.

L’accord de Londres du 8 août 1945 définit le crime contre l’humanité comme «l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain commis contre toutes les populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux» (article 4). Les auteurs de ces crimes peuvent être poursuivis jusqu’au dernier jour de leur vie. L’article 7 du statut de Rome codifiant la définition de crime contre l’humanité reconnait onze (11) actes constituant des crimes de ce genre :

• le meurtre ;

• l’extermination ;

• la réduction en esclavage ;

• la déportation ou le transfert forcé de population ;

• l’emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ;

• la torture ;

• le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, la stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ;

• la persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste, ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour ;

• la disparition forcée de personnes ;

• le crime d’apartheid ;

• d’autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale.

Jean Claude Duvalier, ses sbires ensemble ses complices n’ont pas droit de citer dans un pays qu’ils ont pillé et détruit dans sa plus simple expression. Un détournement de fonds de l’ordre de centaines de millions de dollars US ne peut en aucun cas rester impuni. Les dictateurs corrompus et criminels, de quelque soit horizon qu’ils puissent être, doivent être poursuivis par la justice.

Comment pourrait –on oublier les martyrs de Fort-Dimanche ? Comment pourrait-on oser jeter dans les poubelles de l’histoire l’assassinat des trois écoliers gonaïviens Jean Robert Cius, Makenson Michel et Daniel Israël ? Quel démon, s’il en existe, pourrait-il nous empoisonner la mémoire jusqu’à nous faire oublier les traitements infrahumains infligés aux journalistes Jean Léopold Dominique , Liliane Pierre Paul et consorts .Si l’assassinat des milliers de nos compatriotes peut être si facilement resté impuni, peut-on obtenir justice et réparation pour Anil Louis Juste lâchement abattu quelques heures avant le séisme du 12 janvier 2010 à la rue Capois , Jean L. Dominique, Jean Mari Vincent, Petit Jean Pierre Louis, Antoine Isemery ,Filbert Jean Louis tué par l’agent de police Francine Desruisseau , Jeff Saint Vilus tué par le Policier Cazeau Barthélemy, Ramong Robert assassiné par le Policier Réginald Larosiliere , Beatrice Jean et son bébé tués par un camion des TPTC lors des tirs des policiers de l’antenne de Duvivier le 18 décembre 2010, ect…

Le calcul des corrompus d’aujourd’hui au timon des affaires publiques est simple : S’il est si facile d’accepter la non poursuite des Duvalier sous le prétexte fallacieux de la prescription , il n’y aura pas lieu d’envisager la poursuite des militaires onusiens qui ont massacré des centaines de personnes à Cite Soleil , la pendaison dans la base népalaise de la MINUSTHA du jeune capois âgé seulement de seize (16) ans et la mort tragique de plusieurs milliers d’haïtiens/d’haïtiennes par la contamination du fleuve de l’Artibonite .

Enfin, ce mardi 18 janvier 2011, le parquet de Port-au-Prince a résolu d’auditionner le FILS DU TIGRE. Le Commissaire du gouvernement de ce ressort, accompagné du juge de Paix Emmanuel Amboise, s’était rendu à l’hôtel Caribe Convention Center pour ensuite ordonner la poursuite de l’audition du dictateur Jean Claude Duvalier au Parquet. Cet acte juridique a initié des démarches qui laisseraient croire que l’arrestation du dictateur était évidente. Cependant, cette chorégraphie théâtrale à scènes diverses ne visait que légaliser la rentrée de Jean Claude Duvalier au pays .Ce, pour faire taire les grandes et petites gueules.

Qui pourrait imaginer que la justice haïtienne serait en mesure aux bouts de quelques heures seulement d’auditionner quelqu’un, communiquer son réquisitoire d’informer, acheminer le dossier au Cabinet d’ Instruction, avoir un juge pour instruire l’affaire jusqu’à arriver à l’audition de l’inculpé par un Magistrat Instructeur ? Dans la tragi-comédie prévalienne , l’unité de lieu , de temps et d’action de la littérature classique s’applique sans aucune forme de réserve.

L’appel est donc lancé aux secteurs progressistes de bien vouloir se serrer les rangs aux fins d’exiger justice et réparation au bénéfice du pays en général et en particulier de celui des victimes de la dictature de Jean Claude Duvalier.

ABA IMPUNITÉ ! ABA IMPUNITÉ ! ABA IMPUNITÉ ! ABA IMPUNITÉ !

http://ijdh.org/wordpress/wp-content/uploads/2011/01/Duvalier-Article-Patrice-FRANCAIS.pdf

Patrice Florvilus, Avocat du Bureau des Avocats Internationaux (BAI), Téléphone : 509-37177950, florvilusp@yahoo.fr


Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.