Institute for Justice and Democracy in Haiti

Press Release: Statement by the United Nations Deputy High Commissioner for Human Rights, Kyung-wha Kang at the end of her mission to Haiti (UNCHR/UN)

English
Français

FOR IMMEDIATE RELEASE

Statement by the United Nations Deputy High Commissioner for Human Rights, Kyung-wha Kang at the end of her mission to Haiti

Port-au-Prince, 5 July 2011 – Good afternoon. Thank you for attending this press briefing. I would like to thank the Haitian authorities for their warm welcome and for the cooperation extended during my first visit to this beautiful and hospitable country. Over the past three days I have held discussions with President Martelly, the President of the lower Chamber and other key members of Parliament, the Protectrice du Citoyen, human rights defenders and civil society organisations. I have also held meetings with the new Special Representative of the Secretary-General, Mariano Fernandez, other UN colleagues, and with the diplomatic corps. I thank all of my interlocutors for their frank views and open discussions on the situation of human rights in Haiti. I now have a much better picture of the challenges faced by Haitians in their everyday lives.

The President has recently taken office. I was greatly heartened by the deep commitment of President Martelly to realising the fundamental rights of the Haitian people, including economic and social rights, such as education, health and adequate housing, as conveyed during our very fruitful meeting. The President’s strong and sustained leadership on human rights is central to addressing systemic failings of the rule of law and providing solid progress on economic development and reconstruction efforts.

Eighteen months after the January 2010 earthquake, the massive destruction that has affected Port-au-Prince and other cities in Haiti is still very visible.

I commend the efforts of the Haitian government and of the international community to protect the population during the humanitarian crisis that followed the earthquake. These interventions saved many lives, especially among the most vulnerable, including women, children, the elderly and those with disabilities. They provided shelter, food, water and sanitation for persons displaced by the tragedy and who had lost everything, including their loved ones. The humanitarian crisis is not completely over. People still live in precarious conditions in organized or spontaneous tented camps, and are very vulnerable to severe weather, especially hurricanes. When I visited the Corail camp and the Canaan and Jerusalem informal settlements, I heard desperate pleas for water, jobs and economic development.

But the aid effort did not, and indeed could not, address the major deficiencies in Haitians’ access to all their basic rights. We cannot expect the humanitarian response to provide solutions to complex human rights issues that have prevailed in Haiti for such a long time. Nor could it address issues relating to access to justice and protection from violence. Those obstacles predated the earthquake, and still exist today, with the destruction of so many state buildings, and the death of so many officials, further maiming the capacity of the State to fulfil its responsibility to protect human rights.

The realization of economic and social rights is key to long-term stability in Haiti.

I welcome the plans of the new authorities to work together with the international community to advance the sustainable return of the residents of six camps and the reconstruction of their homes, as well as the provision of improved services in their neighbourhoods of origin. But I firmly believe that the initiative needs to form part of a broader plan to increase access to adequate housing in both camps and impoverished neighbourhoods. Only a comprehensive housing plan combined with major job creation can break the cycle of extreme poverty and the failure to realise economic and social rights in which Haiti has been trapped for so many years.

Greater emphasis should be placed on human rights in the context of development and within the reconstruction process. This means using human rights standards to evaluate reconstruction plans and ensuring non-discrimination, transparency and the participation of beneficiaries when taking decisions about reconstruction. And it means addressing the rights of all Haitians, especially the most vulnerable, when designing reconstruction projects.

Several interlocutors raised with me their concern at the cholera epidemic, including concerns that it may have been inadvertently introduced to Haiti by personnel working under the UN. From the voices that I heard many people would like more information about the epidemic, its origins and prevention efforts. This is something of deep concern to me that I will transmit to competent authorities within the UN.

There are serious civil and political rights concerns.

On Sunday, I visited the border area in Ouanaminthe. I heard state agents and civil society partners describing the trafficking of children across the border with the Dominican Republic, in violation of their most fundamental rights, and in total impunity. I welcome the work carried out by national and local authorities, as well as NGOs, to stem the flow of human trafficking. However, there is an urgent need for greater resources to be devoted to the institutions charged with the protection of children, and also for the legal framework to be tightened so that incidents of human trafficking can be investigated and the traffickers held legally responsible. I raised this with parliamentarians and I was encouraged by their determination to put this initiative high on the legislative agenda.

I am concerned about the dire situation of many women in this country and in particular the high levels of violence they endure, including domestic violence and rape. I welcome the existence of a national plan of action to combat domestic violence, and encourage all State entities to collaborate closely and increase their efforts to tackle these endemic and abhorrent practices which cause so much suffering to so many women in Haiti

The Haitian National Police carries the enormous responsibilities of law enforcement. I commend efforts to strengthen the HNP. But I would also draw attention to the vetting process that began in 2007 to evaluate and certify police officers for integrity and respect for human rights. To date, no decisions have been taken on any of the 3,400 files that have been presented to the General Inspectorate. It is time to act.

I welcome the efforts of the judiciary to reduce the very high levels of prolonged preventive detention and encourage further such initiatives. The reforms of the judiciary that were approved four years ago have to be implemented if the judiciary is to gain greater capacity and autonomy. The new President should promptly appoint a president of the Cour de Cassation. There needs to be greater investment in the judiciary, not just in buildings, but in adequate working conditions for its staff. It is imperative that transparent, fair, and timely procedures be established for the selection as well as for the removal of judges.

In January 2010, a week after the earthquake, several inmates were killed in the Les Cayes prison. A joint investigation was carried out, and the resulting report was given to the Prime Minister last September. A number of prison and police officials have been detained following a criminal investigation. However, no trial has been held, leaving victims’ families without justice and accused defendants without a judgement of guilt or innocence. It is high time that a trial is held so that the evidence can be reviewed and responsibilities established.

In Fort Liberté, I visited the prison and holding cells in the police station, where inmates have an average living space of just 0.6 square meters. The crowded and degrading conditions, the very poor sanitary facilities, and insufficient nutrition and access to medical services were shocking. That 60% of inmates have been in pre-trial detention, some for years, is also of serious concern. That minors, some as young as 13 years old, are held in prisons, against provisions in Haitian laws, is unacceptable. I welcome the investment in rebuilding destroyed prisons and building new facilities in order to increase capacity and reduce overcrowding, but it is clear that much more needs to be done to address this violation of human rights.

Impunity for past violations remains a major concern. In January of this year, the High Commissioner for Human Rights, Navi Pillay, reminded the Haitian authorities of their obligation to investigate the serious human rights violations that took place during the rule of Jean Claude Duvalier, and for which no statute of limitations exists under international law. Today, I reiterate the High Commissioner’s offer of support and technical assistance to the authorities of Haiti and I hope to work with the new authorities in this regard. In addition to the judicial process, I fully support the initiative to establish a Truth Commission. I hope it will thoroughly examine this period of Haitian history as well as others, promote memory and reconciliation, and raise awareness of the need to protect and promote human rights, particularly among young persons.

The Haitian State is responsible for respecting, protecting and realizing human rights in Haiti. It is only through national institutions that solutions to these problems can come. A new government will soon be formed. Together with Parliament and the judiciary, they hold the key to transforming Haiti and fulfilling the aspirations of its people.

Yesterday I met with Florence Elie, the head of Haiti’s national human rights institution. The Office of the High Commissioner for Human Rights is supporting the Office de Protection du Citoyen (OPC) in its efforts to become fully independent and effective in its ability to protect and promote the human rights of all Haitians. I was encouraged by her determination in fighting impunity and ensuring accountability for violations of human rights, and I call on all three branches of the state to extend her their full cooperation. In this regard, it is vital that an enabling law is passed by parliament, to ensure the OPC complies fully with the provisions of the Paris Principles.

I would like to refer to the Universal Periodic Review (UPR) of Haiti which will take place on 13 October 2011 in the Human Rights Council in Geneva. The UPR is an international mechanism focusing on supporting national processes. Yesterday, the Haitian Government submitted its report, and we have already received many submissions by Haitian civil society and other stakeholders. The UPR recommendations will assist Haiti formulate a comprehensive national action plan for human rights. The implementation of this plan, which will be fully owned by Haitians, will be key to ensuring the success and sustainability of reconstruction and development efforts. The Office of the High Commissioner for Human Rights, together with Haiti’s many UN and other international partners, stands ready to support the authorities in the implementation of these recommendations.

In conclusion, I would like to acknowledge the courage and the resilience of Haitians. I recall the flowers and the crops I saw growing in the small gardens of people living in camps; the rebuilding, and starting of new businesses, and creation of new jobs. The reconstruction effort, and indeed the new construction in places where it never existed before, is a Haitian effort to meet Haiti’s human rights responsibilities. Let me reiterate what I said to President Martelly and the many others with whom I was privileged to meet: the UN and OHCHR are here to support the people of Haiti and their Government and to advocate for the realization of their human rights.

###

http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11209&LangID=E

Français

Déclaration par la Haut-commissaire adjoint des Nations Unies aux droits de l’homme

Bonjour. Merci d’assister à cette conférence de presse. Je tiens à remercier les autorités haïtiennes pour leur accueil chaleureux et pour la coopération accordée au cours de ma première visite dans ce pays magnifique et accueillant. Au cours des trois derniers jours, j’ai eu des discussions avec le président Martelly, le président de la Chambre basse et d’autres membres clés du Parlement, la Protectrice du citoyen, les défenseurs des droits de l’homme et les organisations de la société civile. J’ai également tenu des réunions avec le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général, M. Mariano Fernandez, d’autres collègues de l’ONU, et avec le corps diplomatique. Je remercie tous mes interlocuteurs pour leurs opinions franches et pour les discussions ouvertes sur la situation des droits de l’homme en Haïti. J’ai maintenant une bien meilleure image des défis auxquels sont confrontés les Haïtiens dans leur vie quotidienne.

Le Président a récemment pris ses fonctions. J’ai été très encouragée par l’engagement profond du président Martelly à la réalisation des droits fondamentaux du peuple haïtien, y compris les droits économiques et sociaux, tels que le logement, l’éducation et la santé, qu’il m’a transmit au cours de notre réunion très fructueuse. Un leadership fort et soutenu du Président sur les droits de l’homme est essentiel pour traiter les lacunes systémiques de l’état de droit et d’apporter de solides progrès sur le développement économique et les efforts de reconstruction.

Dix-huit mois après le tremblement de terre de janvier 2010, la destruction massive qui a touché Port-au-Prince et d’autres villes en Haïti est encore très visible.

Je félicite les efforts du gouvernement haïtien et de la communauté internationale pour protéger la population durant la crise humanitaire qui a suivi le séisme. Ces interventions ont sauvé de nombreuses vies, notamment parmi les plus vulnérables, notamment les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées. Ils ont fourni des abris, de la nourriture, de l’eau et l’assainissement pour les personnes déplacées par la tragédie et qui avaient tout perdu, y compris leurs proches. La crise humanitaire n’est pas complètement terminée. Les gens vivent toujours dans des conditions précaires dans des camps de tentes organisés ou spontanés, et sont très vulnérables aux phénomènes météorologiques violents, en particulier les ouragans. Lorsque j’ai visité le camp de Corail et les installations de Canaan et Jérusalem, j’ai entendu les appels désespérés des habitants pour de l’eau, des emplois et pour un développement économique.

Mais l’aide n’a pas, et ne pouvait pas, combler les déficiences principales de l’accès des Haïtiens à tous leurs droits fondamentaux. Nous ne pouvons attendre que la réponse humanitaire apporte des solutions aux défis complexes des droits de l’homme qui ont prédominé en Haïti pour une période aussi longue. Il ne pouvait pas non plus traiter les questions relatives à l’accès à la justice et la protection contre la violence. Ces obstacles précédent le tremblement de terre, et existent encore aujourd’hui, avec la destruction de nombreux bâtiments de l’Etat, et le décès de tellement d’agents de l’Etat, handicapant d’autant plus la capacité de l’État de s’acquitter de sa responsabilité de protéger les droits de l’homme.

La réalisation des droits économiques et sociaux est essentielle à la stabilité à long terme en Haïti.

Je salue les plans des nouvelles autorités à travailler ensemble avec la communauté internationale pour faire permettre le retour durable des habitants de six camps et la reconstruction de leurs maisons, ainsi que la fourniture de services améliorés dans leurs quartiers d’origine. Mais je crois fermement que l’initiative doit faire partie d’un plan plus élargi visant à accroître l’accès à un logement adéquat, dans les camps ainsi que dans les quartiers pauvres. Seul un plan intégral pour le logement, combiné avec une création massive d’emplois, peut briser le cycle de la pauvreté extrême et l’impossibilité de réaliser les droits économiques et sociaux, dans lequel Haïti a été emprisonné pendant tant d’années.

L’accent devrait être mis sur les droits de l’homme dans le contexte du développement et dans le processus de reconstruction. Cela signifie utiliser les normes des droits de l’homme pour évaluer les plans de reconstruction et de veiller à la non-discrimination, la transparence et la participation des bénéficiaires lors de la prise de décisions concernant la reconstruction. Et cela signifie aborder les droits de tous les Haïtiens, particulièrement les plus vulnérables, lors de la conception des projets de reconstruction.

Plusieurs interlocuteurs ont soulevé avec moi, leur inquiétude face à l’épidémie de choléra, y compris leurs préoccupations qu’elle pourrait avoir été introduite par inadvertance en Haïti par le personnel travaillant sous l’ONU. Les voix que j’ai entendues m’indiquent que beaucoup de gens aimeraient plus d’informations sur l’épidémie, ses origines et les efforts de prévention. C’est une grave préoccupation pour moi que je vais transmettre aux autorités compétentes au sein de l’ONU.

Il existe de graves préoccupations quand aux droits civils et politiques.

Le dimanche, j’ai visité la zone frontalière de Ouanaminthe. J’ai entendu des agents de l’État et les partenaires de la société civile décrivant la traite des enfants à travers la frontière avec la République dominicaine, en violation de leurs droits les plus fondamentaux, et dans une totale impunité. Je salue le travail effectué par les autorités nationales et locales, ainsi que les ONGs, pour endiguer le flux de trafic humain. Cependant, il y a un besoin urgent de ressources additionnelles à consacrer aux institutions chargées de la protection des enfants, ainsi que le renforcement du cadre juridique afin que les incidents de traite des êtres humains peuvent être investigués et les trafiquants tenu légalement responsables. J’ai soulevé cette question avec les parlementaires et j’ai été encouragée par leur détermination de mettre cette initiative en haut de l’agenda législatif.

Je suis préoccupée par la situation désastreuse de beaucoup de femmes dans ce pays et en particulier le niveau élevé de violences qu’elles subissent, y compris la violence domestique et le viol. Je me réjouis de l’existence d’un plan d’action national pour combattre la violence domestique, et j’encourage toutes les autorités de l’État à collaborer étroitement et à accroître leurs efforts pour s’attaquer à ces pratiques endémiques et odieuses qui causent tant de souffrances à tant de femmes en Haïti.

La police nationale haïtienne porte une énorme responsabilité dans l’application de la loi. Je salue les efforts visant à renforcer la PNH. Mais je voudrais également attirer l’attention sur le processus de certification qui a commencé en 2007 pour évaluer et certifier les agents de police quand à l’intégrité et le respect des droits de l’homme. À ce jour, aucune décision n’a été prise sur les 3400 dossiers qui ont été présentés à l’Inspection générale. Il est temps d’agir.

Je salue les efforts de la magistrature afin de réduire les niveaux très élevés de la détention préventive prolongée et j’encourage davantage de telles initiatives. Les réformes du système judiciaire qui ont été approuvées il y a quatre ans doivent être mises en œuvre pour que le pouvoir judiciaire puisse obtenir une plus grande capacité et autonomie. Le nouveau président devrait rapidement nommer un président de la Cour de cassation. Il faut investir davantage dans le système judiciaire, et pas seulement dans les bâtiments, mais aussi dans des conditions de travail adéquates pour son personnel. Il est impératif que des procédures transparentes, justes et opportunes soient établies pour la sélection ainsi que pour la révocation des juges.

En Janvier 2010, une semaine après le séisme, plusieurs détenus ont été tués dans la prison des Cayes. Une enquête conjointe a été effectuée, et le rapport qui en résulte a été donné au Premier ministre en Septembre dernier. Un certain nombre de fonctionnaires de la prison et de la police ont été arrêtés à la suite d’une enquête criminelle. Cependant, aucun procès n’a eu lieu, laissant les familles des victimes sans réponse de la justice et les accusés sans un jugement de culpabilité ou d’innocence. Il est grand temps que le procès soit tenu afin que les preuves puissent être examinées et les responsabilités établies.

A Fort Liberté, j’ai visité la prison et des cellules de détention au Commissariat de police, où les détenus vivent dans un espace de seulement 0,6 mètres carrés en moyenne. L’entassement, les conditions dégradantes, les installations sanitaires misérables, une alimentation insuffisante et le manque d’accès aux services médicaux étaient choquants. Que 60% des détenus soit en détention préventive, certains depuis des années, est également une grande préoccupation. Que des mineurs, certains aussi jeunes que 13 ans, soient détenus dans des prisons, en violation des dispositions des lois haïtiennes, est inacceptable. Je me réjouis de l’investissement dans la reconstruction des prisons détruites et la construction de nouvelles installations afin d’accroître la capacité et réduire le surpeuplement, mais il est clair qu’il reste encore beaucoup plus à faire pour remédier à cette violation des droits de l’homme.

L’impunité pour les violations passées demeure une préoccupation majeure. En Janvier de cette année, la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, Navi Pillay, a rappelé aux autorités haïtiennes leur obligation d’enquêter sur les graves violations des droits de l’homme qui ont eu lieu durant le règne de Jean Claude Duvalier, et pour laquelle aucun délai de prescription n’existe en vertu du droit international. Aujourd’hui, je réitère l’offre de la Haut-Commissaire d’appuyer et de donner une assistance technique aux autorités d’Haïti et je souhaite travailler avec les nouvelles autorités à cet égard. En plus de la procédure judiciaire, j’appuie pleinement l’initiative de créer une Commission pour la vérité. J’espère qu’elle examinera de manière approfondie cette période et d’autres de l’histoire haïtienne, promouvra la mémoire et la réconciliation, et sensibilisera à la nécessité de protéger et promouvoir les droits de l’homme, en particulier chez les jeunes.

L’État haïtien est responsable de respecter, protéger et réaliser les droits de l’homme en Haïti. C’est seulement à travers les institutions nationales que des solutions à ces problèmes peuvent survenir. Un nouveau gouvernement sera bientôt formé. Ensemble avec le Parlement et le pouvoir judiciaire, ils détiennent la clé pour transformer Haïti et pour la réalisation des aspirations de son peuple.

Hier, j’ai rencontré Florence Elie, la tête de l’institution nationale des droits de l’homme en Haïti. Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme apporte son soutien à l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) dans ses efforts pour devenir pleinement indépendant et efficace dans sa capacité de protéger et promouvoir les droits de l’homme de tous les Haïtiens. J’ai été encouragée par sa détermination dans la lutte contre l’impunité et pour assurer la reddition de compte pour les violations des droits de l’homme, et je demande aux trois branches de l’Etat de lui étendre leur pleine coopération. À cet égard, il est vital qu’une loi cadre soit votée par le parlement, pour assurer que l’OPC respecte pleinement les dispositions des Principes de Paris.

Je voudrais me référer à l’Examen périodique universel (EPU) d’Haïti qui aura lieu le 13 Octobre 2011 dans le Conseil des droits de l’homme à Genève. L’EPU est un mécanisme international qui se concentre sur le soutien des processus nationaux. Hier, le Gouvernement haïtien a présenté son rapport, et nous avons déjà reçu de nombreux rapports de la société civile haïtienne et d’autres intervenants. Les recommandations de l’EPU vont assister Haïti dans la formulation d’un plan d’action national pour les droits de l’homme. La mise en œuvre de ce plan, qui sera entièrement conduit par les Haïtiens, sera la clé pour assurer le succès et la durabilité des efforts de reconstruction et de développement. Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme, en collaboration avec les nombreux partenaires de l’ONU et internationaux d’Haïti, se tient prêt à soutenir les autorités dans la mise en œuvre de ces recommandations.

En conclusion, je tiens à souligner le courage et la résilience des Haïtiens. Je me rappelle les fleurs et les cultures que j’ai vu pousser dans les petits jardins des personnes vivant dans des camps, la reconstruction, la création de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois. L’effort de reconstruction, et en effet la construction dans de nouveaux lieux où elle n’avait jamais existé auparavant, est un effort haïtien pour répondre aux responsabilités d’Haïti dans ce domaine. Laissez-moi répéter ce que j’ai dit au président Martelly et les nombreux interlocuteurs que j’ai eu le privilège de rencontrer: l’ONU et le Haut-Commissariat sont là pour soutenir le peuple d’Haïti et leur gouvernement et pour  plaider pour la réalisation de leurs droits de l’homme.

FIN

###

http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=11209&LangID=E

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.