Institute for Justice and Democracy in Haiti

Relocation, Relocation, Relocation–Haiti Style: Victims Become Victims–Again (English, Français) (Haiti Briefing)

English
Français

June 2011- Amass of torn tarpaulins, broken stakes and a jumble of personal possessions – it looked like an early season hurricane had passed through. In fact it was a demolition job by armed thugs working for Wilson Jeudy the Mayor of Delmas, a commune in Port-au-Prince. “We don’t have anywhere else to go. If we had homes do they really think we’d be living here?” cried one uprooted 52 year old resident, Yvonne André.

The demolition of five small camps, three rimming the intersection of Delmas and the Airport Road, in an area known as Kafou Ayopò on May 23 and two others, two days later, on Delmas 3 and Delmas 5, has sent shockwaves as far as Capitol Hill in Washington DC. Illegal evictions of internally displaced people (IDPs) have been a growing problem for over a year in Haiti. But the Delmas evictions were the first since the earthquake by a public official from public land and as such set a dangerous new precedent.

To April 1st 2011, the 44,017 persons evicted from 45 separate sites on which they had sought refuge after last January’s earthquake had all been ejected by pri- vate landlords from private land, according to the International Organization for Migration (IOM), the UN agency in overall charge of IDPs. The future of another 165,977 displaced people at 178 camps was, as of April 1, under “negotiation” with landlords.

But the real numbers for those evicted or threatened with eviction are almost certainly much higher. The IOM’s figures are based solely on the camps in their database. Those camps that are not registered are invariably more vulnerable to everything, including forced eviction. “Frankly, we can’t even keep score, let alone help everyone,” says Mark Snyder of International Action Ties working to protect those threatened.

The Delmas evictions took place in broad daylight at the hands of Wilson Jeudy’s Street Control Brigade, supported, crucially, by heavily armed national police. At one site shots were fired into the air. As for negotiation: “We do not evict people by agreement,” insisted Mayor Jeudy. It would not stop there, he promised. “These were public spaces…. they can’t be privatized by just any- one,” he told the daily Le Nouvel- liste, co-opting, broadening and redefining the neo-liberal economic jargon of the new government. Others occupying such spaces would be “chased away” the mayor said. Public spaces would be “cleansed.”

With glorious irony, Jeudy asserted that the camps housed brothels, thieves and street thugs. There was no mention of his responsibility for their arrest, if true. For 18 months now, residents of IDP camps have suffered an epidemic of rape, sexual assault and theft as a result of the failure of the authorities to patrol the camps and investigate reported crimes.

Evictions by any Means, any Name

Evictions started in earnest in June 2010. By then there were about 1.5 million displaced people in over 1,500 camps in the earthquake-affected zones according to IOM. All such evictions were and are illegal. “There is a lengthy legal process required by Haitian law to evict,” says Mario Joseph of Bureau des Avocats Internationaux (BAI), who have taken up the case of thousands of camp-dwellers. “No one is respecting that process.”

There was no reaction from the government, hence as so often in Haiti impunity became a catalyst. As evictions – often by brute force – accelerated, government activity on the other side of the equation, providing alternative sites, if not alternative shelter, was nonexistent. The victims became victims again – of both the landlords and the Haitian government.

As the rainy season of 2010 turned the camps into muddy quagmires and hurricanes threatened, a familiar question arose in Haiti says Mark Schuller, an anthropologist who has studied the IDP issue. “Is it property rights or people’s rights? The rights of landowners or the rights of the destitute and dying?”

As the old Haiti dusted itself down, flexed its muscles and began to establish its ancien régime monopoly control of policy, profit, power and property post-earthquake – including profitable businesses that NGO hand-outs had disrupted – the answer became increasingly obvious. Exclusion and exclusivity would be the new norm, just as it had been the old. It was back to the future.

“It was all enshrined in the government plan published two months after the earthquake,” says Reyneld Sanon, a coordinator of the leading housing rights coalition, FRAKKA (The Force for Reflection and Action on Housing). “You have the right to be the same landowner, the same renter, you were before the earthquake. In other words the declared aim was the status quo and that is basically a sort of apartheid.”

But even getting back to the status quo required action. Despite serious prodding from the NGOs, some of whom had the money, means and for a while at least motive to construct homes, the Haitian government has refused to exercise its powers of eminent domain to buy land to build new houses. The sole exception was a new camp at Corail Cesselesse (see Haiti Briefing, Number 66) but that houses a mere 13,000 people.

Ironically, by the sixth-month anniversary of the earthquake in July, the government’s own “do nothing” default had lasted long enough to spawn new allies in wishing the IDPs away. As the NGO’s humanitarian budget lines expired, many of the smaller outfits started to pack up and leave. Even larger ones cut back. As they did so, contract “services” to the IDP camps – at this stage little more than water or the occasional emptying of portable toilets – were cut back.

The humanitarian stage of the relief operation was over, key agencies declared. Vague noises were made about not wanting to encourage “dependency” – ironically largely induced by inaction on general job creation, whether that was rubble clearing, construction or services.

All this prompted Haitian government officials to start playing similar background mood music. NGOs were creating a dependency culture by continuing to service the camps, officials claimed off the record. The camps were magnets for people seeking handouts, even, they argued, impediments to reconstruction. Many of those in the camps had other “options,” they insinuated. They need to move.

It was the ultimate game of blaming the victim, of redefining needs as wants, of displacing the blame. Haiti needed to move on government officials insisted, whilst themselves remaining immobile. Effective, efficient, expedited rubble clearing would have been a good start yet by July 2010, Haiti was not even at that first base. Since then, there has been some movement but no substantive change.

Throughout this period the Interim Haiti Reconstruction Commission (IHRC) whose whole raison d’être as a donor-backed quango was the lack of capacity of the Haitian government, remained as dysfunctional and invisible as the sovereign institution it had usurped. The only difference, given all the funds it had, was that it had even less excuse. “It runs like a square wheel,” squeaked one of its donor members – a foreigner.

“Way Home” – for the Homeless

So it was that from about July 2010 the humanitarian agencies’ interest in a short-term solution and the Haitian government’s instincts for no long-term solution found common ground. The victims of both would, of course, be those languishing in the mud of the camps. As time went on, the camp populations were inevitably, increasingly, Haiti’s poorest and most vulnerable people. And now, of course, being people who had lost most if not everything, they were much more numerous than pre-earthquake.

Leading the way for the humanitarian agencies was the leader of the pack on shelter and housing, the United Nations’ IOM. In the face of the wave of illegal evictions, government/IHRC inertia, and pressure from its head office, the IOM began to devote more and more of its time to taking the law and the IDPs’ futures into its own hands. It began “negotiating” evictions.

For the most part, there was no real negotiation because the IDPs had no negotiating power. In a market where surveys indicated residential rents had risen seventeenfold since the earthquake, and where every scrap of open space was occupied by other IDPs, the lucky ones left their encampments with small sums of cash. The unlucky ones left with nothing.

Rarely did such IDPs have anywhere else to go. That was precisely why they were in a fetid, unsanitary IDP camp in the first place. The one thing the IOM’s much-vaunted Displacement Tracking Matrix (DTM) did not keep track of the one indicator that really mattered: what happened to IDPs once they were “negotiated” out of existence in a camp.

All this of course was not only illegal under Haitian and international law – it was a blatant violation of the UN’s own Guiding Principles on Internal Displacement which forbad evictions. In November 2010, after legal action by BAI and others, the Inter-American Commission on Human Rights (IACHR) demanded the Haitian government declare a moratorium on evictions and restore minimum standards of care and security for those already evicted. Nothing changed. If anything, evictions increased.

In the end, the sheer horror of the camps in the rainy season as cholera spread, services stopped and hurricanes threatened, added to the impact of the evictions themselves to thin the ranks. Some IDPs certainly found alternatives – one option was refuge in buildings colour-coded yellow by donor- funded structural surveys, meaning repairable but not yet repaired. Others were desperate enough to flee to homes colour-coded red, meaning not repairable and liable to collapse at any time but in the absence of other options, shelter.

There was also a minimal amount of relocation to the questionable transitional or T shelters. By the first anniversary of the earthquake, some 31,656 of these wood-framed “slums of tomorrow” had been built. By then, the number of IDPs in IOM-registered camps had virtually halved. By April 2011, the number was down to 680,000 – in the official camps.

With the fall in numbers in the camps, the rhetoric changed further. Failure, in terms of rehousing, relocating, restarting, was defined as success. Under pressure from bosses driven by “performance” indices back at head office, the IOM prepared to declare victory to get out. It put out a surreally ironic statement on its “exit strategy” entitled “The Way Home” for people who had no homes to go to. “I think they mean the IOM’s own way home,” quipped one journalist.

“We are finally beginning to see light at the end of the tunnel,” declared the IOM Haiti Chief of Mission, Luca Dall’Oglio at his first anniversary press conference in January 2011. The fact that the IDP camp population was down to just 810,000 was, he asserted, “a hopeful sign that many victims of the earthquake are getting on with their lives.”

At least Bri Kouri Nouvèl Gaye, the Haitian Kreyòl newspaper, saw through this mendacious spin. What does he mean by “getting on with their lives” it asked, in a story headlined False Source of Pride for the IOM. “The only way a second displacement can be considered a success is that it absolves the IOM of its responsibility for the living conditions of the estimated 700,000 former camp residents.” Bullseye.

A second displacement is exactly what it was for most. New camps sprung up everywhere – unregistered ones. Inevitably, these were on more precarious sites, further from any possible assistance, with no chance of any services, least of all water or sanitation. With cholera raging, nothing could have been more disastrous, for the IDPs, if not the IOM. “It was, it is, a classic case of individual progress, systemic failure,” says anthropologist Mark Schuller.

Standards, what Standards?

In fact, it was Professor Schuller and his team’s painstaking surveys of the camps that had revealed another reason IOM senior management may have wanted the camps closed down. They were a disgrace – measured by their own standards. In fact, the camps were so bad the humanitarian agencies had had to abandon their own standards to legitimize them.

During the summer of 2010, Schuller and his team visited a random sample of 108 camps in the metropolitan area – one in eight – on the IOM’s DTM index. Some 40.5% did not have access to water, even though a river counted as access to water – and 30.3 per cent did not have a single toilet. Of those that did have toilets, each one was shared by an average of 273 people and about a quarter of those had yet to be emptied, even once.

In January 2011, in the wake of a raging cholera epidemic, with sanitation, water and above all, the interplay between the two an urgent, life-and-death priority, Professor Schuller’s team returned to those camps they had surveyed. Those that were still open that is. There had been marginal progress, with 26.5% of camps not now having access to a toilet and 37.6% no access to water.

Such minimal progress had to be considered a staggering failure, given the time that had elapsed – twelve months – and the hundreds of millions of dollars spent. To make things worse, the cholera epidemic had hit Haiti just as the imperative to stop servicing and supplying the camps accelerated, something one NGO sanitation employee characterized as “a death sentence” for many displaced people.

But here too the ground for such a failure had been prepared long before. There are rights-based standards and indicators for IDP camps that govern everything – space, shelter, sanitation. Agreed by UN agencies, the Red Cross and hundreds of NGOs as far back as 1997, the Sphere Humanitarian Charter, colloquially known as Sphere Standards, was actually jettisoned as soon as the international relief effort hit the ground in Haiti.

“The problem with Sphere as with any standards is that they are not adapted to the particular situation in Haiti,” complained Mego Terzian, a Médecins Sans Fron- tières (MSF) emergency desk officer. “The problem with MSF is they are too stupid to realize we have these standards for a reason,” retorted one Oxfam sanitation worker. “Such as preventing a cholera epidemic.”

Indeed. Think about that. Then think about Sphere Standards. Those standards dictate a mini- mum of one toilet for every 20 IDPs in any given camp. As noted, Professor Schuller’s surveyors found that there was on average one toilet for every 273 displaced Haitians in the camps – in those that had any at all.

As the Haiti Briefing went to press, the cholera death toll in Haiti was 5,321, with another 310,000 Haitians sickened by the epidemic. Experts see another surge in cases and deaths as inevitable during the rainy season now underway. That will continue indefinitely. The medical emergency induced by the cholera epidemic in Haiti is here to stay, the camps and their grossly inadequate sanitation a major facilitator.

Then think about something else. As two detailed epidemiological investigations have now made as scientifically clear as it is possi- ble to be, cholera was actually introduced to Haiti by the international community. By accident yes, but also by gross, culpable negligence.

Who in UN headquarters approved, allowed, allocated Nepalese troops, coming from a country with an endemic cholera problem to a country like Haiti with no cholera but living conditions perfectly suited to an epidemic? Who failed to test those troops set for deployment? We will of course never know their names – nor will the relatives of the Haitian dead.

Impunity Rules OK? Maybe Not

So just as Wilson Jeudy was able to act in the context of impunity, just as the Haitian government has been allowed to fail to act for IDPs with the cover of the international community, and the international community allowed to fail by blaming the government, cholera and its consequences wreaked their havoc in a context. President Michel Martelly now comes to power within that context – which includes a number of dangerous precedents, not least a whole year of evictions topped by those of Mayor Jeudy.

Martelly has announced plans to close six IDP camps in his first 100 days. The model, as far as it can be deduced, is something between that of the IOM and Mayor Jeudy – whose actions Martelly has refused to condemn. Resettlement packages are to be offered to camp residents but there is no guarantee of alternative housing before the six camps targeted are closed. It could turn out to be eviction lite.

Once again, the motive seems to be to push the homeless somewhere else, to make them disappear somewhere less visible, not least out of Pétionville, the wealthy suburb on the hill, two of whose main public squares are still packed with homeless people. Both these plazas are at the top of the Martelly list. “It’s not about aesthetics, it’s not about emptying camps,” asserts Nigel Fisher the UN’s chief humanitarian coordinator for Haiti. “It’s about providing alternatives.”

Indeed. How forcefully the international community – namely Nigel Fisher representing us – will make that clear to President Martelly is uncertain. Despite holding all the cards, paying all the bills, running what is effectively a UN trusteeship in Haiti, the UN and the leading international donors seem remarkably reluctant to use any of their leverage to advocate for the most needy, even on the basis of their own guidelines and minimum standards.

After all, negotiating IDPs “disappearance” in order to appear to be resettling the homeless has been a staple UN ploy to date. President Martelly’s plan for IDPs seems to be an extension of the same approach – with donors’ money being used as his pay-off to them.

Fortunately, there is another context too. The singular lack of accountability, the refusal to consult with IDP camp leadership, the naked violation of the right to housing enshrined in the Haitian constitution and the sheer horror of the conditions in the camps, have all stimulated organization. FRAKKA, which, with the lawyers of BAI, led the resistance to evictions early on, is now part of a specialist coalition, the Initiative Against Eviction. All these groups joined many others in the organization of an International Forum on Housing in Haiti in late May.

Held at Karade camp, 35 displacement committees and 40 Haitian grassroots groups represented by hundreds of delegates strategized with housing activists from Latin America and South Africa at the three-day forum. The core demand is for a mass housing programme, something FRAKKA co-coordinator Reyneld Sanon, sees as a debt to the dead. “It’s the government’s debt for the responsibility for housing it never took on before the earthquake – a major reason for the scale of the death toll,” he points out.

A final declaration from the International Housing Forum was followed by a week of action including a sit-in in front of parliament, a demonstration and a press conference – all brought into sharp focus by Mayor Jeudy’s evictions.

On June 1, several hundred activists accompanied BAI lawyers to file a citation of complaint with Haiti’s National Prosecutor against Mayor Jeudy on the basis that he had no judicial mandate or a Municipal Decree to permit him or his agents “to enter private domiciles.” Yes, even tents. “As a public official Major Jeudy is not above the law,” BAI’s lead lawyer Mario Joseph told the press. Yes, even Haitian law.

Click HERE to see the full briefing

 

Français

Juillet 2011-Une montagne de bâches déchirées, des piquets cassés partout, un bric-à- brac d’affaires personnelles – on aurait dit qu’un ouragan en avance sur la saison était passé par là. En fait, c’était le résultat d’une opération de démolition musclée commanditée par Wilson Jeudy, le Maire de Delmas, une des communes de Port-au- Prince. “Nous n’avons nulle part où aller. Sinon, croient-ils vraiment que nous vivrions ici ?” s’est insurgée Yvonne André, une résidente expulsée de 52 ans.

La destruction de cinq camps, trois le 23 mai dans une zone communément appelée Kafou Ayopò, et deux sur Delmas 3 et Delmas 5 le 25 mai, a provoqué des remous jusqu’au Capitol Hill à Washington DC. Depuis un an, les évictions illégales de populations intérieurement déplacées (PID) sont un problème croissant en Haïti. Mais les évictions de Delmas marquent un dangereux tournant : personne n’avait encore été évincé d’un terrain public, sur les ordres d’un représentant de l’Etat.

Jusqu’au 1er avril 2011, les 44 017 personnes évincées des 45 sites où elles s’étaient réfugiées après le séisme avaient toutes été expulsées par des propriétaires privés, de terrains privés, selon l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), l’organisation des Nations Unies responsable des PID. Le sort de 165 977 autres personnes déplacées dans 178 camps était, au 1er avril, “en négociation” avec les propriétaires. Mais le nombre de personnes évincées ou menacées d’éviction est probablement bien supérieur. Les chiffres de l’OIM sont basés exclusivement sur les camps officiels. Les évictions forcées menacent immanquablement encore plus les camps non-officiels. “A vrai dire, on n’arrive même pas à tenir nos chiffres à jour, alors de là à aider tout le monde…,” avoue Mark Snyder d’Action Ties International dont le travail vise à protéger ceux qui sont menacés.

Les évictions de Delmas ont eu lieu en plein jour, sous la conduite des Brigades du Contrôle des Rues de Wilson Jeudy, et avec le soutien, rappelons-le, d’une Police Nationale lourdement armée. Dans l’un des camps, des coups de feu ont été tirés en l’air. Quant aux prétendues négociations: “On ne va pas demander l’avis des gens avant de les expulser,” a insisté Jeudy.

Et il ne comptait pas s’arrêter là. “Ces endroits sont des espaces publics…on ne peut laisser n’importe qui les privatiser,” a-t-il confié au quotidien Le Nouvelliste, reprenant ainsi le jargon économique néolibéral du nouveau gouvernement. Les terrains publics allaient être “nettoyés”, a insisté le maire.

Jeudy a prétexté, avec une ironie impayable, que les camps étaient des repères de proxénètes, de voleurs et de bandits. Aucune mention de la responsabilité qui lui incombait, s’il disait vrai, de les arrêter. Car si depuis 18 mois, les habitants des camps de PID sont victimes de viols, d’agressions sexuelles et de vols, c’est essentiellement parce que les autorités ont été incapables de patrouiller les camps et de donner suite aux plaintes.

Expulsions par tous les moyens

Les premières évictions remontent à juin 2010. Selon l’OIM, on comptait alors environ 1.5 million de personnes déplacées disséminées dans plus de 1 500 camps. Toutes ces évictions étaient, et restent, illégales. “Selon la loi haïtienne, il ne peut y avoir éviction qu’au terme d’une longue procédure légale,” explique Mario Joseph du Bureau des Avocats In- ternationaux (BAI), engagé dans la défense de milliers de PID. “Personne ne respecte cette procédure.”

Le gouvernement n’ayant pas réagi, c’est maintenant l’impunité qui règne, comme si souvent en Haïti. Tandis que le rythme des évictions, souvent musclées, s’accélérait, le gouvernement, censé, de son côté, trouver d’autres sites, sinon d’autres d’abris, n’a pas levé le petit doigt. Les victimes sont ainsi redevenues des victimes – des propriétaires et du gouvernement haïtien, cette fois.

La saison des pluies 2010, qui a transformé les camps en bourbiers, et la menace des cyclones ont fait resurgir une question fréquente en Haïti, explique l’anthropologue Mark Schuller, spécialiste des PID. “Est-ce une question de droits de propriété ou de droits de l’homme, ici ?”

Tandis que le vieil Haïti sortait de sa torpeur et se réemparait du contrôle exclusif, dont il jouissait avant le séisme, de tous les domaines (politiques, profits, pouvoir, immobilier, mais aussi tous les business lucratifs que l’aide humanitaire avait perturbés), la réponse est devenue claire. Exclusion et exclusivité seraient la nou- velle norme, exactement comme elles l’étaient auparavant : un vrai retour vers le futur.

“Tout était déjà inscrit dans les documents stratégiques du gouvernement publiés deux mois après le séisme,” explique Reyneld Sanson, responsable de FRAKKA (Force de Réflexion et d’Action sur la Problématique du Logement), l’un des organismes phares luttant pour le droit au logement. “Vous avez le droit d’être le même propriétaire foncier et immobilier qu’avant le séisme. Autrement dit, le but visé était le statu quo, ce qui revient à rétablir une sorte d’apartheid.”

Mais même un retour au statu quo n’allait pas se faire tout seul. Les ONG (dont certaines avaient l’argent, les moyens et, pendant un temps, au moins, la motivation pour construire des logements) ont eu beau se faire pressantes, le gouvernement haïtien a refusé d’exercer son droit d’expropriation forcée qui lui aurait permis d’acquérir des terrains à bâtir. Seule exception : le camp de Corail Cesselesse (voir Haïti Briefing numéro 66), dont la capacité d’accueil était de 13000 personnes tout au plus.

L’ironie du sort a fait que six mois après le séisme, cette politique d’inertie totale cultivée par le gouvernement lui-même avait duré suffisamment longtemps pour que d’autres parties commencent à souhaiter la disparition des PID. Les lignes budgétaires de l’humanitaire expirant, beaucoup des petits organismes ont plié bagages. Même les plus établis ont réduit leurs effectifs. Du coup, les ‘services’ contractés pour les camps de PID se sont vus singulièrement réduits.

La phase humanitaire de l’aide d’urgence était terminée, ont déclaré les organisations clés. Il a vaguement été question de ne pas vouloir encourager la ‘dépendance’ – dépendance qui, ironiquement, tenait essentiellement au fait qu’il n’y avait eu aucune création d’emploi, ni pour dégager les décombres, ni dans les domaines de la construction ou des services.

Sur quoi, le gouvernement haïtien a repris un discours similaire : ces camps attiraient ceux qui venaient quémander de l’aide – quand ils n’étaient pas des obstacles à la reconstruction. Beaucoup des résidents avaient d’autres options. Il était temps qu’ils partent.

C’était le monde à l’envers : les victimes avaient été transformées en coupables, les besoins en exigences, les responsabilités avaient été totalement inversées. Les représentants du gouvernement étaient catégoriques : Haïti devait aller de l’avant. Sauf qu’eux ne bougeaient pas d’un pouce. Une opération de déblaiement, efficace et bien menée, aurait constitué un bon départ. Pourtant en juillet 2010, Haïti était encore loin d’en être à ce stade, et on n’a relevé aucun changement conséquent depuis.

Durant toute cette période, la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH), dont la seule raison d’être, en tant qu’organisme financé par des donations, était l’incapacité initiale du gouvernement haïtien à réagir, s’est révélée tout aussi dysfonctionnelle et invisible que le gouvernement – sauf que, vu la quantité de fonds dont elle disposait, c’était encore plus inacceptable. “Elle fonctionne de façon totalement chaotique,” a déploré l’un de ses membres – un étranger.

Sans-abris : rentrez chez vous!

Vers juillet 2010, la communauté humanitaire, qui avait des intérêts à court terme, et le gouvernement haïtien, qui récusait d’instinct toute solution à long terme, ont ainsi trouvé un terrain d’entente. Ceux qui dépérissaient dans le bourbier des camps allaient évidemment en faire les frais et être pris au piège d’un cercle vicieux : les résidents, déjà constitués des gens les plus démunis et vulnérables d’Haïti au départ, voyaient leur situation empirer de jour en jour, surtout qu’ils avaient perdu la majorité, voire la totalité de leurs biens.

Chef de file de la communauté humanitaire, l’OIM avait jusqu’alors lutté pour la création d’abris et de logements. Or, face à la vague d’évictions illégales, de l’inertie tant du gouvernement que de la CIRH et des pressions provenant de la Direction, l’OIM a commencé à faire des compromis : elle s’est mise à ‘négocier’ les évictions.

Le plus souvent, il n’y avait aucune réelle négociation puisque les PID n’avaient aucun pouvoir de négociation. Sur un marché où les loyers avaient été multipliés par 17 depuis le séisme, et où la moindre parcelle était occupée par d’autres PID, les plus fortunés ont quitté leur campement avec une somme modique, les autres sont partis bredouilles.

En général, ces PID n’avaient nulle part où aller. C’est bien pour cela qu’elles s’étaient retrouvées dans des camps si insalubres. Or la fameuse Matrice de Suivi des Déplacements (MSD) n’a pas été fichue de surveiller la seule donnée importante : qu’advenait-il des PID une fois leur départ du camp ‘négocié’ ?

Tout ceci était évidemment illégal au regard de la loi haïtienne et internationale ; c’était aussi une violation scandaleuse des Recommandations de l’ONU sur les Déplacements Intérieurs qui interdisent les évictions. En novembre 2010, après un procès intenté, entre autres, par le BAI, la Commission Interaméricaine pour les Droits de l’Homme a exigé du gouvernement haïtien un moratoire sur les évictions et la garantie d’un soutien minimum pour ces populations évincées. Rien n’a changé. Les évictions ont même augmenté.

En fin de compte, les conditions invivables des camps pendant la saison des pluies, aggravées par le choléra et la menace des cyclones, ont aussi contribué à réduire la population des camps. Les PID avaient deux alternatives principales : se réfugier dans des bâtiments à risque moyen (marqués en jaune lors du processus d’identification des maisons endommagées) ou dans des bâtiments franchement dangereux (marqués en rouge).

Quelques relocalisations se sont faites vers les problématiques abris de transition, ces 31 656 ‘bidonvilles de l’avenir’ construits dans l’urgence après le séisme. Selon l’OIM, la population des camps officiels avait alors presque diminué de moitié ; en avril 2011, ces chiffres étaient tombés à 680 000 personnes.

Cette évolution a suscité une nouvelle rhétorique. L’échec, en termes de relogement, relocation et recommencement a soudain été redéfini comme un succès. Sous la pression de la Direction, obnubilée par la ‘performance’, l’OIM s’est préparée à crier victoire pour tirer son épingle du jeu. Et elle a choisi, pour le document expliquant sa stratégie de retrait, le titre ahurissant de “Sur le chemin du retour” – où des sans-abris pouvaient-ils bien retourner ? “Je crois qu’ils parlaient de leur propre retour,” a ironisé un journaliste.

“On commence enfin à apercevoir le bout du tunnel,” a déclaré Lucas Dall’Oglio, Chef de Mission de l’OIM en Haïti, en janvier 2011. La chute du nombre de PID dans les camps à 810 000 était, selon lui, “un signe d’espoir : pour beaucoup des victimes du séisme, la vie continue.”

Heureusement, Bri Kouri Nou- vèl Gaye, journal haïtien en créole, n’a pas laissé passer cela. “Considérer qu’un deuxième déplacement est un succès est bien pratique : cela permet d’absoudre l’OIM de toute responsabilité dans les conditions de vie des anciens résidents des camps, estimés à 700 000,” peut-on lire dans un article intitulé ‘Fierté mal placée pour l’OIM’. Dans le mille.

Et c’est bien ce qu’a subi la majorité : un deuxième déplacement. De nouveaux camps – non-officiels – ont surgi partout. Ces camps s’établissant immanquablement sur des sites plus précaires, leurs chances de bénéficier de services quelconques étaient minimes, en particulier l’accès à l’eau et à des sanitaires. En pleine épidémie de choléra, rien ne pouvait être pire pour les PID, voire pour l’OIM. “Onétait–onest–faceàuncas classique de progrès minimal, d’échec du système,” explique l’anthropologue Mark Schuller.

Des normes ? Quelles normes ?

En fait, les enquêtes méticuleuses du Professeur Schuller et de ses collaborateurs ont révélé que cet empressement de la Direction de l’OIM à vouloir fermer les camps tenait aussi à autre chose : ces camps étaient un scandale. A tel point que les agences humanitaires avaient dû abandonner leurs propres normes pour les légitimiser.

Pendant l’été 2010, Schuller et son équipe ont visité un échantillon de 108 camps dans la zone métropolitaine un sur huit – choisis au hasard sur l’index de la MSD de l’OIM. 40.5% n’avaient pas d’accès à l’eau (quand même une rivière comptait comme un accès à l’eau) et 30.3% ne disposaient d’aucun sanitaire. Pour ceux qui en avaient, chaque sanitaire était partagé par une moyenne de 273 personnes, et un quart n’avait jamais été vidés.

En janvier 2011, alors que les liens entre l’épidémie de choléra se propageant à un rythme alarmant et les problèmes sanitaires rendaient la situation particulièrement critique, les équipes de Schuller ont revisité les mêmes camps. Enfin, ceux qui restaient… Les progrès étaient minimes : 26.5% n’avaient pas de sanitaires et 37.6% pas d’accès à l’eau.

C’était là un échec retentissant étant donné le temps écoulé – douze mois – et les centaines de millions de dollars dépensés. Pour tout arranger, l’épidémie de choléra avait frappé Haïti juste au moment où l’impératif de stopper les services et l’aide dans les camps devenait de plus en plus pressant. Selon un travailleur humanitaire, cette décision était “une véritable condamnation à mort” pour beaucoup de PID.

Il est vrai que les conditions pour un tel échec étaient déjà réunies. Tout dans les camps de PID est régi par des normes et des critères basés sur les droits – espace, abris, sanitaires. Mais les normes définies par la Charte Humanitaire du Projet Sphère, ratifiée par l’ONU, la Croix Rouge et des centaines d’ONG dès 1997, et communément appelée les ‘Normes Sphère’, sont parties en fumée dès le départ.

“Le problème avec les Normes Sphère, c’est qu’elles ne sont pas adaptées à la situation spécifique d’Haïti,” s’est plaint Mego Terzian, de Médecins Sans Frontières (MSF). “Le problème avec MSF est qu’ils sont trop stupides pour comprendre que ces normes existent pour une raison précise,” a rétorqué un employé d’Oxfam. “Pour éviter les épidémies de choléra, par exemple.”

En effet. Ces normes préconisent un minimum d’un sanitaire pour 20 PID. Or Schuller a révélé que c’était loin d’être le cas…

Au moment où Haïti Briefing 67 était sous presse, le choléra avait déjà fait 5 321 victimes et contaminé 310 000 personnes en Haïti. Et, selon les experts, ces chiffres vont immanquablement augmenter avec l’imminente saison des pluies. Or, vu les conditions scandaleusement inadéquates des camps, la situation d’urgence causée par le choléra ne va pas disparaître de sitôt. C’est un problème insoluble.

Mais rappelons aussi que deux enquêtes épidémiologiques ont maintenant prouvé de façon scientifique et claire que le choléra avait en fait été introduit en Haïti par la communauté internationale. Accidentellement, certes, mais aussi du fait d’une honteuse et coupable négligence.

Qui, aux quartiers généraux des Nations Unies, a bien pu accepter, autoriser, choisir des troupes népalaises, provenant d’un pays où le choléra est un problème endémique, pour les envoyer en Haïti, pays où le choléra n’existait pas mais qui réunissait toutes les conditions pour qu’une épidémie y éclate ? Qui a omis de faire passer des tests aux soldats qui allaient être déployés en Haïti ? Leurs noms ne nous seront jamais divulgués, bien sûr – ni aux parents des victimes haïtiennes.

Vive l’impunité ? Peut-être pas…

Ainsi, tout comme Wilson Jeudy a pu agir dans un contexte où l’impunité faisait loi, que le gouvernement haïtien a été autorisé à manquer entièrement à son devoir vis-à-vis des PID en se cachant derrière la communauté internationale, qu’on a laissé cette dernière échouer et accuser le gouvernement, l’épidémie de choléra aussi faisait rage dans un contexte bien spécifique. Et c’est dans ce contexte (qui inclut toute une série de dangereux précédents, dont une année entière d’évictions encore aggravées par celles du Maire Jeudy) que le Présent Martelly est arrivé au pouvoir.

Martelly a annoncé son intention de fermer 6 camps de PID dans les 100 premiers jours de son mandat. Son modèle d’action semblerait être à mi-chemin entre celui de l’OIM et celui de Jeudy – dont il a refusé de condamner les agissements. Les résidents devraient, théoriquement, se voir proposer un ‘deal’ de relogement ; mais aura-t-on trouvé de nouveaux logements avant la fermeture des 6 camps concernés ? On pourrait bien en revenir à des évictions.

Là encore, la préoccupation centrale semble être de faire disparaître les sans-abris dans un lieu moins visible – notamment de leur faire quitter Pétionville, cette banlieue cossue, où ils occupent encore deux places publiques. Ces deux places figurent en tête sur la liste de Martelly. “Le problème n’a rien à voir avec l’esthétique ni avec le souci de vider les camps,” affirme Nigel Fisher, le coordinateur général des opérations humanitaires de l’ONU en Haïti. “Le problème, c’est de trouver des solutions alternatives.”

Justement. Est-ce que la communauté internationale – à savoir Nigel Fisher, qui nous représente – saura faire passer le message avec assez de force à Martelly ? Bien qu’ayant toutes les cartes en main, payant toutes les factures, gérant ce qui n’est autre qu’une mise sous tutelle d’Haïti sous l’égide de l’ONU, les Nations Unies et les principaux bailleurs internationaux se montrent particulièrement réticents à utiliser leur pouvoir d’influence pour défendre la cause des plus démunis.

Après tout, négocier la “disparition” des PID pour donner l’impression de reloger les sans-abris a été un des stratagèmes de base de l’ONU jusqu’à présent. La manière dont le Président Martelly aborde la question des PID va exactement dans le même sens – avec l’argent des bailleurs pour les dédommager…

Heureusement, il y a aussi un autre contexte. Ce singulier rejet de toute responsabilité, le refus de consulter les dirigeants des camps de PID, cette violation criante du droit au logement inscrit dans la Constitution haïtienne et les conditions monstrueuses des camps ont incité à l’organisation. FRAKKA, qui, dès le départ, avec les avocats du BAI, s’est battue contre les évictions, fait dorénavant partie d’une coalition spécialisée, l’Initiative Contre les Evictions. Tous ces groupes ont organisé ensemble un Colloque International sur le Droit au Logement en Haïti fin mai.

Ce forum de trois jours a réuni, au camp de Caradeux, 35 comités de déplacés et 40 organisations populaires haïtiennes représentées par des centaines de délégués, ainsi que des militants pour le logement sud-américains et sud- africains venus partager leur expertise en la matière. Revendication numéro 1 : un gigantesque programme de construction de logement de masse – quelque chose que Reyneld Sanon considère comme une dette envers les morts. “C’est la dette du gouvernement pour n’avoir jamais assumé sa responsabilité sur le plan du logement avant le séisme – car c’est essentiellement pour cela qu’il y a eu tant de morts,” rappelle-t-il.

Le discours de clôture du Colloque a été suivi par une semaine d’action : sit-in devant le Parlement, manifestation et conférence de presse – autant d’événements qui ont pris encore plus d’ampleur suite aux évictions du Maire Jeudy.

Le 1er juin, plusieurs centaines de militants ont accompagné les avocats du BIA pour porter plainte contre le Maire Jeudy auprès du Procureur National d’Haïti, arguant que ni lui ni ses agents n’avaient de mandat judiciaire ni de Décret Municipal les autorisant à “pénétrer dans des domiciles privés” – Fussent-ils des tentes. “Le statut d’officier municipal du Maire Jeudy ne le met en aucun cas au-dessus de la loi,” a déclaré à la presse Mario Joseph, l’un des principaux avocats du BAI – Fût-ce la loi haïtienne.

Téléchargez le rapport complet: FrHaiti_Briefing_67web.pdf

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.