Institute for Justice and Democracy in Haiti

Me Mario Joseph affirme lors de son passage à Washington, que l’on ne peut construire une nouvelle Haïti en se basant sur d’anciennes habitudes de non-respect des droits humains

24 Septembre 2012

A Contacter:
Mario Joseph, Av., Bureau des Avocats Internationaux, (en Haïti), mario@ijdh.org, +509-3701-9879 (Français, Créole, Anglais)

Mercredi, 26 Septembre 2012, à Port-au-Prince, Haïti— Lors de son intervention au 42nd Congressional Black Caucus à Washington le jeudi 20 septembre dernier, Me Mario Joseph du Bureau des Avocats Internationaux (BAI) a affirmé que le respect des règles de droit et des droits humains de tous les Haïtiens constituent le fondement nécessaire pour la construction d’une nouvelle Haïti. Me Joseph a été invité par les membres du Congrès John Conyers et Frederica Wilson à participer à une conférence-débat intitulée « Haïti en 2012 : une mise à jour sur la reconstruction ».

Me Joseph fut rejoint par M. Conyers et par Maxine Waters, un autre membre du Congrès, ainsi que par M. Joel Danies, Coordonnateur Spécial Adjoint pour Haïti du Département d’Etat américain, Mme. Beth Hogan, Directrice de l’Équipe Haïti de l’USAID, Me Brian Concannon, de l’Institute for Justice & Democracy in Haiti, Mme. Melinda Miles, de TransAfrica Forum et Alexander Main, du Center for Economic and Policy Research. Trois sénateurs haïtiens, M. Moise Jean-Charles, M. Lucas Sainvil et M. Jean-Baptiste Bien-Aimé, ont assisté au débat, ainsi que M. Richard Morse, en tant que représentant du gouvernement haïtien.

Me Joseph a fait remarquer que malgré un certain progrès timide, il n’y a toujours pas de réels changements, car la situation actuelle du pays est encore inquiétante. Il dénonce particulièrement l’inconstitutionnalité et l’asservissement qui gangrènent la plus haute instance du Pouvoir Judiciaire à savoir la Cour de Cassation, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), un Conseil Electoral Permanent (CEP) confectionné sur mesure, outre les arrestations illégales et arbitraires des dissidents politiques, sans compter l’intimidation et la profération des menaces à l’endroit des journalistes. Il est demandé aux Parlementaires américains de bien vouloir se rappeler que « nous ne pouvons pas construire une Haïti meilleure sur les structures vétustes et rétrogrades longtemps rejetées » et « lorsque les projets de développement échouent, c’est frustrant pour la communauté internationale, mais aussi aberrant et mortel pour les pauvres de mon pays. »

Click HERE to See more Infor­ma­tion about IJDH’s Cholera Accountability Project.

 ###

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.