Institute for Justice and Democracy in Haiti

Développements importants dans choléra en Haïti

Un bon résumé des dernières nouvelles du choléra, créditant Mario joseph et notre travail de plaidoyer.

Notre choléra divise l’ONU

Roberson Alphonse, Le Nouvelliste
8 octobre 2013

C’est assez rare pour être souligné: Navy Pillay, haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme, est sortie des rangs du silence imposé pour réclamer des indemnités pour les victimes du choléra en Haïti. Il y a désormais des brèches dans la grande muraille bleue grâce à l’effet combiné d’un changement de cap du gouvernement haïtien, des actions en justice et des manifs de ressortissants lors de la 68e Assemblée des Nations unies à New York, fin septembre.

Ceux qui se battent pour que l’ONU indemnise les victimes du choléra en Haïti ont reçu un appui de taille : Navy Pillay.  Ce mardi, le haut-commissaire des Nations unies pour les droits de l’homme a en effet plaidé en faveur de l’indemnisation des milliers d’Haïtiens morts du choléra. « J’ai déjà utilisé ma voix à l’intérieur de l’ONU et à l’extérieur pour appeler à une investigation de celle-ci ainsi que du pays concerné. Je maintiens cet appel en faveur de la compensation pour ceux qui ont souffert à cause du choléra », a rappelé Navy Pillay, sans dire qui devra payer ces indemnités, en marge d’une remise de distinction à des militants des droits humains à Genève.
Joint pour un commentaire sur les propos de Navy Pillay par AP, Farhan Haq, un porte-parole de l’ONU, a indiqué « qu’il n’est pas dans les habitudes de l’organisation de discuter en public sur les plaintes portées contre elle ».
Recouvert du drap de l’immunité, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, avait récemment écarté la possibilité d’excuses, encore moins d’indemnité pour les milliers de morts du choléra, apporté en Haïti par des soldats népalais, selon plusieurs experts de renommée internationale.
En dépit de ce mur juridique, des plaintes ont été portées par les antennes de « l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti » (IJDH ) à Boston et en Haïti à travers l’avocat Mario Joseph qui était parmi les finalistes à cette cérémonie à Genève. Nicole Phillips, l’avocate de l’antenne de l’IJDH basée à Boston, a souligné que le support public de Navy Pillay pourrait changer la donne.
Le gouvernement haïtien, indifférent depuis plusieurs années, a récemment appelé l’ONU à reconnaître « sa responsabilité morale » dans la propagation de l’épidémie de choléra qui a fait plus de 8 000 morts et des dizaines de milliers de malades. Cependant, le gouvernement n’a pas demandé d’indemnité pour les victimes. Fin septembre 2013, le Premier ministre Laurent S. Lamothe, à la 68e Assemblée de l’ONU, avait proposé la mise en place d’une commission mixte comprenant des membres du gouvernement et des Nations unies pour travailler sur ce dossier.
Laurent S. Lamothe avait également proposé « qu’une partie importante du Fonds mondial de lutte contre le choléra soit dédié de manière exclusive à l’éradication de cette maladie en Haïti ». A la tribune de l’ONU, Laurent Lamothe avait également déclaré que « si nous persistons à croire que les Nations unies ont une responsabilité morale dans l’introduction de l’épidémie, il n’en reste pas moins vrai que l’organisation appuie déjà certains efforts du gouvernement pour combattre cette maladie. Toutefois, c’est loin d’être suffisant. »  Au moment où le Premier ministre s’exprimait, des Haïtiens et Haïtiennes de la diaspora manifestaient devant le siège de l’ONU à New York pour exiger des indemnités pour les victimes du choléra.

Roberson Alphonse

Ce mercredi 9 octobre 2013, une étape importante va être franchie avec le dépôt d’une plainte contre l’ONU devant une cour fédérale à Manhattan au nom des Haïtiens victimes du choléra, a révélé le New York Times. Les avocats des Haïtiens vont réclamer des indemnités à l’ONU, responsable de l’épidémie de choléra qui a fait plus de 8 000 morts et 650 000 malades depuis son introduction par des Casques bleus en octobre 2010, selon le New York Times.

Cliquez ICI pour l’article original.

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.