Institute for Justice and Democracy in Haiti

Un résumé de choléra en Haïti en 2013

Cet article énumère les développements dans le choléra en Haïti en 2013.

Haïti-Bilan 2013/Choléra : Déception et cauchemar pour les victimes

Edner Fils Décime, AlterPresse
December 27, 2013

P-au-P, 27 déc. 2013 [AlterPresse] — Les victimes de l’épidémie de choléra ont vécu l’année 2013 comme une « déception » et « un cauchemar », en observant comment l’organisation des Nations Unies (Onu) tend à se déresponsabiliser et les maigres financements donnés dans la lutte contre le fléau, selon les témoignages recueillis par l’agence en ligne AlterPresse.

A cela, il faut ajouter une sorte d’inertie des autorités étatiques, en général, sur la question.

La mobilisation et le recours aux procédures judiciaires sont assurés simultanément par les avocats des victimes, pour aboutir aux réparations civiles.

Entre irresponsabilité et « drap blanc »

21 février 2013. L’Onu rejette la demande d’indemnisation, élevée à plusieurs centaines de millions de dollars américains (US $ 1.00 = 45.00 gourdes ; 1 euro = 63.00 gourdes aujourd’hui) et déposée par plus de 5 mille victimes, en évoquant la section 29 de la convention sur ses privilèges et immunités.

Cette réaction de l’organisation arrive plus d’un an après la réclamation faite.

Les avocats des victimes évoquent le paragraphe 54 de l’accord de siège du 9 juillet 2004, entre l’Onu et Haïti, pour exiger un versement ne dépassant pas 50 mille dollars.

En tournée en Europe, le premier ministre Laurent Salvador Lamothe surprend tout le monde en affirmant, sur le plateau de la chaîne de télévision française France24, que l’Onu a une « responsabilité morale » dans l’introduction du choléra en Haïti.

Lamothe sollicite des excuses publiques pour les victimes, de la part de l’Onu.

Début septembre 2013.

Le 26 septembre, à la 68e assemblée générale de l’Onu, Lamothe le déclare officiellement et propose une structure mixte afin de solutionner le problème.

Des organisations de victimes ou des structures solidaires trouvent que le gouvernement offre un « drap blanc » à l’Onu.

De surcroît, la structure mixte proposée n’est pas du tout cette « commission permanente des réclamations », qui dzvrait être mise en place pour que les victimes puissent porter plainte et être indemnisées, comme prévu au paragraphe 55 de l’accord du 9 juillet 2004.

L’Onu dépêche, rapidement à Port-au-Prince, le 11 octobre 2013, le sous-secrétaire général adjoint, Pedro Mandrano, pour rencontrer le premier ministre haïtien, sur l’épineuse question du choléra.

Se déresponsabiliser est facile, mais financer la lutte anti choléra se révèle difficile ?

Malgré des démonstrations scientifiques éloquentes, l’Onu refuse de reconnaître sa pleine et entière responsabilité dans l’arrivée du choléra en Haïti, mais se résout à financer la lutte pour l’éradication de la maladie.

« En réponse au Plan d’action humanitaire (Pah) 2013, sur les 37 millions de dollars requis, 10,7 millions ont été reçus (soit 29%) pour la réponse au choléra, auxquels s’ajoutent 1,5 million de dollars (1,477,154.00 exactement) versés à Médecins sans frontière (Msf) dans le cadre de la lutte contre le choléra (mais hors Pah) » précise le bureau de liaison du coordinateur humanitaire résident, Peter de Clercq, à AlterPresse.

En mai 2013, près d’une vingtaine de congressistes américains, dont la très connue Congresswoman Maxine Waters, ont écrit au Secrétaire Général de l’Onu, Ban Ki Moon, pour exprimer leur inquiétude sur le manque de support de l’Onu à l’éradication de l’épidémie.

Ils ont déclaré, sans ambages, être « consternés que les Nations Unies aient engagé seulement 23,5 millions de dollars [promesse faite le 11 décembre 2012] » pour l’initiative Hispaniola, que l’Onu a endossée en décembre 2012. Ce projet, conjoint, d’une décennie entre la République Dominicaine et Haïti, s’élève à 2,2 milliards pour Haïti et 70 millions pour son voisin.

« C’est 1% du financement total nécessaire pour financer l’initiative en Haïti, seulement. C’est également moins de 4% des 648 millions de dollars, que l’Onu consacre à la Minustah cette année » rappellent les congressistes à Ban Ki Moon.

Au cours du même mois, un bulletin du bureau des affaires humanitaires de l’Onu (Ocha) révèle combien les efforts, pour prévenir et donner réponse au choléra, sont les « activités les moins financées » dans le Pah, avec seulement 19% des fonds nécessaires financés.

En février 2013, le ministère de la santé publique et de la population (Mspp) s’est approprié l’initiative Hispaniola, en présentant le plan national d’éradication du choléra. Avec un montant d’investissement de 485,9 millions pour la période 2013-2015.

La directrice de l’Organisation panaméricaine de la santé (Ops), Carissa F. Etienne, a promis 500 mille dollars étasuniens du fonds Organisation panaméricaine de la santé / Organisation mondiale de la santé (Ops/Oms) pour des interventions dans le domaine de l’eau et de l’assainissement dans des centres de santé, un renforcement des soins aux personnes infectées du choléra et la promotion de la réhydratation orale.

Lors du lancement de la première phase du plan national d’éradication, par le Mspp et ses partenaires, le 28 juin 2013, la Banque mondiale (Bm) a remis officiellement 12 véhicules et 2 yatchts au ministère pour desservir 6 départements jugés prioritaires.

Et la rue et le droit sont mobilisés

A plusieurs reprises, les victimes, leurs parents ainsi que des sympathisants ont occupé le macadam pour réclamer réparation et, en même temps, exiger le départ de la Mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah) – considérée comme force d’occupation -, malgré les flambées de choléra qui font peur, l’attitude moribonde des autorités haïtiennes et « l’irresponsabilité » de l’Onu.

A l’occasion du 9e anniversaire (juin 2013) du déploiement de la force onusienne en Haïti, une série de mobilisation a été organisée sous la houlette du Collectif de mobilisation pour un dédommagement en faveur des victimes du choléra (Movik) et des organismes de défense de droits humains, comme pour marquer les 3 ans de l’introduction du vibrio cholerae,

La rue, seulement, ne compte pas, ont compris les victimes.

En 2 fois, elles somment le gouvernement, pour désigner son représentant au sein de la commission des réclamations.

Elles vont jusqu’à proposer des noms à la présidence de la république, car « La Minustah doit payer ! »

Au final, elles portent plainte contre l’Onu, le 9 octobre 2013, devant une cour américaine. Des organisations de droits humains applaudissent l’action.

Le 14 décembre 2013, une étude – issue de l’université américaine Yale – présente, à Port-au-Prince, un rapport sur les obligations juridiques et humanitaires de l’Onu, par rapport à l’introduction du choléra en Haïti.

Ce rapport invite l’Onu à se responsabiliser.

2013 s’achève et les plus de 8 mille morts et autres milliers de victimes, depuis l’apparition de l’épidémie en octobre 2010, attendent justice et réparation.

Le Mspp se veut rassurant, en se disant « confortable » dans le contrôle de la maladie. [efd kft rc apr 27/12/2013 1:20]

 

Cliquez ICI pour l’original.

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.