Institute for Justice and Democracy in Haiti

UN Human Rights Committee Concerned about Haiti

IJDH-logo

(Francais çi dessous)

FOR IMMEDIATE RELEASE

Press Contact:

Mario Joseph, Av., Managing Attorney, Bureau des Avocats Internationaux (BAI),  Mario@ijdh.org, +011 509 2943 2106/07 (in Haiti, speaks French and Creole)

Nicole Phillips, Esq., Staff Attorney, Institute for Justice & Democracy in Haiti (IJDH), Nicole@ijdh.org, +1 510 715 2855 (in U.S., speaks English and French)

UN Human Rights Committee concerned by overdue elections, lack of judicial independence, threats against human rights defenders, and forced evictions in Haiti

(Geneva, October 30, 2014)—The UN Human Rights Committee in Geneva released concluding observations today to the Government of Haiti expressing concern for the lack of judicial independence, long-overdue elections (since 2011), an increase in firearm deaths by police officers, and threats and intimidation to human rights defenders, journalists and political opponents. Mario Joseph, Managing Attorney of the Bureau des Avocats Internationaux (BAI) in Port-au-Prince, Haiti, commended the Committee’s relevant recommendations, which he says “reveal problems of impunity and corruption in the government led by President Michel Martelly. We are very pleased by the Human Rights Committee’s recommendations, many of which will assist ongoing cases of the BAI.”

Joseph, who was in Geneva on October 8 and 9 for the Committee’s review of Haiti, said that he was “encouraged by the Committee’s recommendations.” In particular, he welcomed the recommendations that the Haitian government bring to justice all persons responsible for violations committed during Duvalier’s presidency and grant victims reparations; hold election as soon as possible; document and prosecute homicide cases by law enforcement; guarantee judicial independence, particularly from the Executive and Legislature in judicial decisions; and take all measures to protect human rights defenders and journalists so that they can exercise their functions freely without constraint.

The Committee addressed the more than 100,000 Haitians still living in earthquake displacement camps, urging the government to guarantee that each person displaced from the earthquake receive a durable solution, and no one be evicted from a camp without an alternative for them and their families.

 

The Committee was also concerned about discrimination and an increase in violence against women and lesbian, gay, bisexual and transgender persons (LGBT). The Committee urged the government to conduct gender-sensitivity training to reduce negative gender stereotypes. Courts were encouraged to recognize that medical certificates are not required to prosecute rape crimes; the testimony of a victim is sufficient to trigger a criminal investigation for rape.

Joseph added, “We hope that the Haitian government heeds these recommendations from the Committee.  Meanwhile, we will continue to document human rights abuses and file legal cases to force our government to respect Haitians’ human rights.”

BAI/IJDH reports submitted to the Human Rights Committee in partnership with eight other organizations and other relevant information are available here.

 

###

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Contact Presse:

Mario Joseph, Av., Directeur, Bureau des avocats internationaux (BAI), Mario@ijdh.org, 011 509 2943 2106/07 (en Haïti, parle français et créole)

Nicole Phillips, Esq., Avocate, Institut pour la Justice et la Démocratie en Haïti (IJDH), Nicole@ijdh.org, +1 510 715 2855 (aux Etats-Unis, parle anglais et français)

Comité des droits de l’homme des Nations Unies concerné par les élections en souffrance, le manque d’indépendance du pouvoir judiciaire, les menaces contre les défenseurs des droits de l’homme, et les expulsions forcées en Haïti.

(Genève, 30 Octobre, 2014)—Le Comité des droits de l’homme des Nations Unies à Genève a publié ses observations finales aujourd’hui au gouvernement d’Haïti exprimant sa préoccupation pour le manque d’indépendance judiciaire, les élections attendues depuis longtemps (depuis 2011), une augmentation des décès par arme à feu par les officiers de police, et les menaces et l’intimidation contre les défenseurs des droits de l’homme, des journalistes et des opposants politiques. Mario Joseph, procureur général du Bureau des Avocats Internationaux (BAI) à Port-au-Prince, en Haïti, a salué les recommandations pertinentes du Comité, qui, selon lui, “révèlent des problèmes d’impunité et de corruption dans le gouvernement dirigé par le président Michel Martelly. Nous sommes très heureux par les recommandations du Comité des droits de l’homme, dont beaucoup aideront les affaires en cours de la BAI.

Joseph, qui était à Genève le 8 et le 9 Octobre pour le passage en revue d’Haïti par le comité, a déclaré qu’il était «encouragé par les recommandations du Comité.” En particulier, il a salué les recommandations que le gouvernement haïtien traduise en justice toutes les personnes responsables des violations commises lors de la présidence de Duvalier, et accorde aux victimes des réparations; tienne des élections dès que possible; documente et poursuive les cas d’homicide par les forces de l’ordre; garantisse l’indépendance judiciaire, en particulier des pouvoirs exécutifs et législatifs dans les décisions judiciaires; et prenne toutes les mesures pour protéger les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes afin qu’ils puissent exercer leurs fonctions librement sans contrainte.

Le Comité a adressé le cas de plus de 100.000 Haïtiens vivant encore dans des camps de déplacés du tremblement de terre, exhortant le gouvernement à garantir que chaque personne déplacée par le séisme reçoive une solution durable, et que personne ne soit pas expulsée d’un camp sans une alternative pour cette personne et sa famille.

Le Comité était également préoccupé par la discrimination et une augmentation de la violence contre les femmes et les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les personnes transgenres (LGBT). Le Comité a exhorté le gouvernement à procéder à la formation de la sensibilité au genre afin de réduire les stéréotypes sexistes. Les cours ont été encouragées à reconnaître que les certificats médicaux ne sont pas exigibles pour poursuivre les crimes de viol; le témoignage d’une victime est suffisant pour déclencher une enquête criminelle pour viol.

Joseph a ajouté: «Nous espérons que le gouvernement haïtien fait attention à ces recommandations du Comité. En attendant, nous allons continuer à documenter les violations des droits de l’homme et déposer des plaintes juridiques pour forcer le gouvernement à respecter les droits humains des Haïtiens ».

Les rapports du BAI/IJDH soumis au comité des droits de l’homme en partenariat avec huit autres organisations et d’autres information pertinente sont disponible ici.

 

###

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.