Institute for Justice and Democracy in Haiti

L’ONU préoccupé par la hausse choléra, mais toujours pas responsable

Dans cette interview, Pedro Medrano, coordinateur principal de l’ONU pour la réponse choléra en Haïti, se déclare préoccupé par l’augmentation du choléra en Haïti. Mais quand la journaliste lui pose une question sur la responsabilité de l’ONU pour l’épidémie, Medrano esquive la question. Peut etre l’ONU a tellement de difficulté à lever des fonds en raison de son manque de responsabilité pour l’épidémie?
 
Partie de l’article est ci dessous. Cliquez ICI pour le texte complet.
 

Choléra en Haïti: l’ONU alerte sur la détérioration de la situation

Stefanie Schüler, RFI
18 mai 2015

 
Avec près de 740 000 malades et plus 8 800 morts depuis 2010, l’épidémie de choléra en Haïti est l’une des pires au monde. Depuis plusieurs mois, le nombre de nouvelles infections est en forte hausse. La raison : beaucoup d’ONG ont quitté le pays, des centres de traitement ont fermé alors que débute dans quelques semaines la prochaine saison pluvieuse. Face à ces chiffres alarmants, l’ONU tire la sonnette d’alarme. Entretien avec Pedro Medrano, coordinateur principal de l’ONU pour la réponse choléra en Haïti.

RFI : L’épidémie de choléra connait une nette recrudescence en Haïti. Les Nations unies ont recensé 11 721 nouvelles infections et 113 morts rien qu’entre le 1er janvier et le 28 mars de cette année. Et les perspectives pour les prochains mois ne sont guère plus optimistes. A quoi est due cette nouvelle et forte hausse de cas de choléra dans le pays ?

Pedro Medrano : Il y a deux raisons principales. La première est la saison pluvieuse. Il y a toujours une hausse des cas durant cette saison. Durant les huit premiers mois de l’année dernière, il y a eu mille nouveaux cas de choléra par mois. Après ces huit mois, le taux a grimpé à cinq mille nouveaux cas par mois. Ce taux de nouvelles infections n’a pas baissé depuis. Cela fait mille nouveaux cas chaque semaine. L’autre raison, c’est que Haïti a la couverture la plus basse en infrastructures sanitaires et eau potable de toute la région. Et le choléra est principalement transmis par la nourriture et l’eau. Plus d’un tiers de la population vit sans sanitaire, et moins de la moitié a accès aux soins médicaux. Le choléra est très lié à la pauvreté.

Cliquez ICI pour le texte complet.

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.