Institute for Justice and Democracy in Haiti

Repatriés en Haïti font face à une crise humanitaire

Cet article decrit la situation grave a la frontière entre Haïti et la République dominicaine. Plusieurs camps ont  développé, sans aucune perspective du travaille ou d’aide du gouvernement haïtien. Tout comme l’auteur dit, “le gouvernment haïtien a fort à faire pour éviter la catastrophe humanitaire qu’il avait prédite” avant les déportations ont commencé.

Partie de l’article est ci-dessous. Cliquez ICI pour le texte complet.

Oubliés, des rapatriés mènent une vie dure à la frontière haitiano-dominicaine

Louis-Joseph Olivier, Le Nouvelliste

9 septembre 2015

Les camps de repatriés se multiplient le long de la frontière entre Haïti et la République Dominicaine. Pas moins de quatre sites sont dénombrés dans le département du Sud-Est par les autorités locales.  Les milliers d’Haïtiens revenus volontairement ou de force de la république voisine vivent leur quotidien dans des conditions infrahumaines, incapables de satisfaire leurs besoins de base, avec la tentation de repasser de l’autre côté, a constaté une équipe du Nouvelliste à Anse à Pitre. Une situation qui fait craindre une crise humanitaire dans la zone où les ressources étaient déjà rares.

La localité de Parc Cadot, située dans la ville frontalière d’Anse­à­Pitre, accueille l’un des principaux camps de migrants. Au loin, le camp de Parc Cadeau ressemble à des tentes multicolores placées en plein désert. Vu de près, le spectacle est désolant. Une centaine de maisonnettes construites en carton, en morceaux de tissus et des morceaux de bois. Invivable sous la pluie, le jour, la chaleur et la poussière rendent contagieux ce lieu abandonné des autorités publiques.

Pierre Paul Edouane, 27 ans, quatre enfants, est le leader du campement. Une partie de l’espace occupé par les rapatriés a été généreusement offerte par son père qui habitait la zone. « Pas moins de 106 familles vivent actuellement dans ce camp. Ce sont pour la plupart des personnes qui ont fui la République dominicaine à la suite des menaces de représailles», a raconté celui qui dirige une église montée sur le camp. « Il y a quelques jours, un vieillard, n’ayant pas pu supporter la chaleur et la poussière, est mort, des enfants affamés s’évanouissent», raconte l’homme, visage fermé, assis dans sa maisonnette en paille.

 

Cliquez ICI pour le texte complet.

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.