Institute for Justice and Democracy in Haiti

Statement of Lawyers for Victims of the UN Cholera in Haiti on the Report of UN Special Rapporteur Alston

IJDH-logo

 

Contact:

Sienna Merope-Synge, Port-au-Prince, +509-4875-3444, sienna@ijdh.org (English, Français, Kreyol)

Mario Joseph, Port-au-Prince, +509-3701-9879, mario@ijdh.org (Kreyol, Français, English)

Beatrice Lindstrom, New York, +1-404-217-1302; beatrice@ijdh.org (English, Français, Kreyol)

FOR IMMEDIATE RELEASE/POUR DIFFUSION IMMEDIAT (Français en bas)

Statement of Lawyers for Victims of the UN Cholera in Haiti on the Report of UN Special Rapporteur for Extreme Poverty and Human Rights Phillip Alston

Déclaration des avocats des victimes du choléra de l’ONU en Haïti face au Rapport du Rapporteur Spéciale sur l’extrême pauvreté et droits humains Philip Alston

 

NEW YORK, PORT-AU-PRINCE, October 25, 2016

The Report on cholera in Haiti delivered on October 25 by UN Special Rapporteur Phillip Alston is a vindication of the cholera victims’ rights and testament to their six-year struggle for justice. The report is critical of the UN for trying to respond to Haiti’s cholera epidemic in a way that rejects any legal responsibility. Professor Alston is concerned that this would “be a lamentable outcome that is inconsistent with the rule of law, contrary to human rights and undermines the principles and credibility” of the UN.

At the Bureau des Avocats Internationaux and the Institute for Justice & Democracy in Haiti, we agree with the Special Rapporteur’s analysis of the UN’s legal obligations. For the past six years, we have insisted that the cholera victims have a right to compensation, an apology, and the infrastructure necessary to stop the cholera epidemic.  If, as Professor Alston fears, the UN does offer the victims material compensation without acknowledging responsibility, it will be up to the victims to decide whether the trade of more financial compensation for less apology is just. But the apology is important for Haitians, and will not be sacrificed lightly. The UN’s six years of deceit and the continued denial of long-established facts are an insult to the cholera victims and to all Haitians, that has caused real harm.

——————-

Le Rapport sur le choléra en Haïti rendu le 25 Octobre par le Rapporteur spécial de l’ONU Phillip Alston est une justification des droits des victimes de choléra et témoigne de leur lutte de six ans pour la justice. Le rapport a critiqué l’ONU pour tenter de répondre à l’épidémie de choléra en Haïti d’une manière qui rejette toute responsabilité légale. Professeur Alston craint que ce serait “un résultat lamentable, qui est incompatible avec l’état de droit, contraire aux droits de l’homme et sape les principes et la crédibilité » de l’ONU.

Au Bureau des Avocats Internationaux et l’Institut pour la Justice et la Democratie en Haiti, nous sommes d’accord avec l’analyse du Rapporteur spécial des obligations juridiques de l’ONU. Au cours des six dernières années, nous avons insisté sur le fait que les victimes de choléra ont droit à une indemnisation, des excuses, et les infrastructures nécessaires pour arrêter l’épidémie de choléra. Si, comme le professeur Alston le doute que l’ONU aurait offert des compensations matérielles sans reconnaître leur responsabilité, il appartiendra aux victimes de décider si l’échange en plus des compensations financières pour moins des responsabilités légales sont juste. Mais les excuses de l’ONU sont importantes pour les Haïtiens, et ne seront pas sacrifiées à la légère. Les six années de déception et de tromperies continues des faits établis de longue date par l’ONU sont une insulte aux victimes de choléra et à tous les Haïtiens, dont elle a causé des dommages réels.

Contact IJDH

Institute for Justice & Democracy In Haiti
15 Newbury Street
Boston, MA 02116

Telephone: (617) 652-0876
General Inquiries: info@ijdh.org
Media Inquiries: media@ijdh.org

Givva
Use Giving Assistant to save money and support Institute for Justice and Democracy in Haiti Inc.